Vous êtes ici

Pique-nique à Hanging Rock
320
Date de parution: 
11/05/2016
EAN : 
9782253068976
Editeur d'origine: 
Le Livre de Poche

Pique-nique à Hanging Rock

7,90€
6,99€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
14 février 1900, Australie. L’été touche à sa fin. Les jeunes pensionnaires de Mrs Appleyard attendent depuis des mois ce pique-nique annuel, non loin de Hanging Rock. Revêtues de leurs mousselines légères, elles partent dans une voiture tirée par cinq chevaux bais magnifiques. Après le déjeuner, les demoiselles s’assoupissent à l’ombre des arbres. Mais quatre d’entre elles, plus âgées, obtiennent la permission de faire une promenade. Enivrées par cet avant-goût de liberté, elles franchissent un premier ruisseau... puis disparaissent dans les hauteurs. Quand, tard dans la nuit, la voiture regagne le pensionnat, trois jeunes filles manquent à l’appel.
Publié en 1967, magnifiquement adapté au cinéma par Peter Weir en 1975, Pique-nique à Hanging Rock est un récit envoûtant, mystérieux et inoubliable, considéré comme l’un des plus grands romans de la littérature australienne.

Les coups de coeur des libraires

Coup de coeur de la librairie Cajelice !

"Ce roman culte est une leçon de gothique où l'horreur et le romantique ne font qu'un", Jérôme Egéa de la librairie Cajelice à Collioure, partenaire de la tournée 2016 du Camion qui Livre.  

Les derniers avis

3
Blogueur

Alors que le déjeuner se termine et que les étudiantes et leurs professeurs somnolent, quatre d’entre elle décident de faire une promenade pour observer la formation rocheuse de plus près, croisant en chemin deux hommes, Albert et Michael, venus avec l’oncle et la tante de ce dernier pour savourer l’une des dernières journées de l’été. Mais, tandis que l’heure de rentrer au pensionnat approche, une seule adolescente refait surface, hagarde et incapable de parler, auprès de ses camarades qui déplorent la disparation de Miss McGraw.

De ce postulat de départ, fortement orienté vers le roman policier, Joan Lindsay explore les réactions des jeunes adolescentes et de leurs professeurs et décrit avec minutie la déchéance de Mrs Appleyard et de son pensionnat très réputé. Car, en effet, l’ouvrage ne porte pas en particulier sur le mystère de la disparition des jeunes filles : bien qu’omniprésent, ce mystère, qui constitue le corps de l’histoire, n’est qu’un prétexte sur lequel se reposera le déclin de la maison Appleyard. Ce sera, pour la directrice de l’établissement, l’occasion de revêtir son plus beau masque pour faire bonne mesure auprès des habitants et des parents d’élèves, tentant de sauver le travail de plusieurs années et ce, alors qu’elle ne parvient à trouver du réconfort qu’à force de verres bus.

Roman mystérieux, Pique-nique à Hanging Rock trouve toutefois sa force dans l’écriture de Joan Lindsay, à la fois simpliste lorsqu’il s’agit de narrer les évènements que poétique dans ses descriptions pour dresser un parfait tableau du bush australien et de sa nature somme toute inhospitalière, jetant alors une sorte de halo sur l’histoire, qui se transforme alors en un interminable cauchemar d’une sieste après un déjeuner trop copieux. Cette étrange disparition se moule alors doucement dans les formes de l’irréel et de l’hallucination collective, contribuant à rendre le roman à la fois fascinant et sublime, duquel on ressort envoûté et charmé par le talent de l’auteur.

3
Blogueur

« Pique-Nique à Hanging Rock » est une sorte de roman policier écrit avec la beauté d’une langue d’un autre temps… Oui… Nous nous retrouvons au beau milieu de cette époque où les jeunes filles devaient porter des corsets, des bas noirs en plein été et des gants pour traverser la ville, avec interdiction d’ôter leur chapeau… Où la parole de l’adulte était reine et ne laissait nulle place à la contradiction. Où les employés de maison étaient presque des esclaves qui devaient obéir sans faillir ni donner l’impression d’être attachés aux pensionnaires. Où les personnes extérieures n’avaient aucun droit de regard sur ce qui se passait dans l’enceinte de l’établissement… La rigidité de ces écoles privées nous paraissant inconcevable.

L’écriture est superbe. Certains considèrent ce livre comme un chef d’oeuvre, un « classique » de la littérature australienne. Je les rejoins. Il est fascinant. Une petite pépite à lire absolument!