Vous êtes ici

Pique-nique à Hanging Rock
320
Date de parution: 
11/05/2016
EAN : 
9782253068976
Editeur d'origine: 
Le Livre de Poche

Pique-nique à Hanging Rock

7,90€
6,99€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
14 février 1900, Australie. L’été touche à sa fin. Les jeunes pensionnaires de Mrs Appleyard attendent depuis des mois ce pique-nique annuel, non loin de Hanging Rock. Revêtues de leurs mousselines légères, elles partent dans une voiture tirée par cinq chevaux bais magnifiques. Après le déjeuner, les demoiselles s’assoupissent à l’ombre des arbres. Mais quatre d’entre elles, plus âgées, obtiennent la permission de faire une promenade. Enivrées par cet avant-goût de liberté, elles franchissent un premier ruisseau... puis disparaissent dans les hauteurs. Quand, tard dans la nuit, la voiture regagne le pensionnat, trois jeunes filles manquent à l’appel.
Publié en 1967, magnifiquement adapté au cinéma par Peter Weir en 1975, Pique-nique à Hanging Rock est un récit envoûtant, mystérieux et inoubliable, considéré comme l’un des plus grands romans de la littérature australienne.

Les coups de coeur des libraires

Coup de coeur de la librairie Cajelice !

"Ce roman culte est une leçon de gothique où l'horreur et le romantique ne font qu'un", Jérôme Egéa de la librairie Cajelice à Collioure, partenaire de la tournée 2016 du Camion qui Livre.  

Les derniers avis

3
Blogueur

Pique-nique à Hanging Rock est le roman gothique australien. Il se base sur toutes les peurs tapies sous les images idylliques de l’Australie et inspire encore les romans gothiques australiens aujourd’hui.

Exceptionnellement vous n’aurez pas besoin de kit de survie. En revanche, ce roman est dans le kit de survie de tous les romans gothiques australiens. Vous connaissez à peu près l’Australie ? Vous êtes prêts...

Pique-nique à Hanging Rock est écrit comme un roman policier mais ce cadre familier est utilisé pour montrer au lecteur toute l’angoisse qui peut se révéler à partir du moment où le genre marche à vide, sans preuve, sans témoignage, sans indice. On y retrouve des lieux communs du roman policier comme des extraits de journaux, des interrogatoires, des témoignages, des battues, un enquêteur, mais ils se retrouvent tous démunis face à mystère complètement opaque. L’un des moments les plus terrifiants me semble être pendant ce tranquille après-midi, au bord d’un lac, où un des personnages avoue à un autre que ce genre d’affaire où on ne retrouve aucune trace des personnes disparues est en réalité très fréquent.

Je ne peux m’empêcher de penser à Sa Majesté des Mouches, le roman de William Golding, où plusieurs jeunes britanniques se retrouvent échoués sur une île déserte et leur stricte éducation britannique ne les empêche pas de sombrer dans la folie et dans l’horreur. La fin de Pique-nique à Hanging Rock n’est pas aussi violente mais n’est pas totalement différente.

Ce roman, malgré ses horreurs et ses angoisses, est également incroyablement drôle, surtout au début. Digne descendant du ”wit” anglais, retourné contre son ”maître », le début de Pique-nique à Hanging Rock vous fera rire plusieurs fois tout seul devant votre livre.

Il y a un détail qui fait de ce roman une lecture aussi unique qu’elle est inquiétante, c’est cette absence de limite bien définie entre les faits et la fiction. L’histoire de Pique-nique à Hanging Rock est vraisemblable. Elle a pu se passer quelque part en Australie. Il est possible que des évènements similaires se soient déroulés. Juste après le dramatis personae, très étonnant pour un roman, l’auteur ajoute une note pour préciser que c’est au lecteur de départager faits et fiction et, qu’au final, s’il s’agit de fait ou de fiction, ce n’est pas très important. Sur ce, l’auteur commence le roman qui va vous entraîner sans vous lâcher jusqu’à la fin.

En 1975, le réalisateur australien Peter Weir a adapté ce roman au cinéma et il s’agit probablement de la meilleure adaptation que je n'ai jamais vue. Je vous conseille donc fortement de regarder aussi le film du même nom.

3
Blogueur

J'ai vu le film de Peter Weir, il y a quelques années, et j'étais très curieuse de lire le roman.
Pique-nique à Hanging Rock emprunte à plusieurs genres littéraires sans appartenir à aucun. Il laisse une impression forte et tragique derrière lui, comme si les sortilèges d'Hanging Rock suivaient encore le lecteur bien après qu'il eût refermé le livre.