Vous êtes ici

Rien ne s'oppose à la nuit
408
Date de parution: 
30/01/2013
EAN : 
9782253164265
Editeur d'origine: 
JC Lattès

Rien ne s'oppose à la nuit

7,90€

Détails promotions contenus

Détails
Collection  

Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l'écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd'hui je sais aussi qu'elle illustre, comme tant d'autres familles, le pouvoir de destruction du verbe, et celui du silence. D. de V.

Il fallait oser pour s’attaquer à un sujet déjà investi par les plus grands écrivains : le livre de ma mère. Et, pourtant, D. de Vigan a apporté sa touche originale, en plus de son talent à maîtriser un récit. [...] Ce roman intrigue, hypnotise, bouleverse. Il interroge aussi. Mohammed Aïssaoui, Le Figaro littéraire.

Malédiction familiale en même temps que questionnement passionnant sur les rapports entre l’écriture et la vie, [un] livre éblouissant. Olivia de Lamberterie, Elle.

Prix du roman Fnac 2011  - Prix Renaudot des lycéens 2011  - Prix roman France Télévisions 2011 - Grand prix des lectrices de Elle 2012

Grand Prix littéraire des lectrices de Elle
2012
Prix France Télévisions
2011
Prix du roman FNAC
2011
Prix Renaudot des Lycéens
2011

Les derniers avis

5

Ce livre laisse des traces. Je l'ai refermé la larme au coin de l'oeil.

Cette recherche d'une mère …

Cette recherche d'une certaine forme de vérité littéraire. Pour raconter, reconstruire cette mère imparfaite. Tant aimée.

Ce livre a beaucoup été critiqué. Je ne comprends pas bien pourquoi. de faux procès car écrire pour exorciser, pour comprendre, combien l'on fait avant elle sans s'attirer les foudres des critiques en tous genres.

Delphine de Vigan m'a emporté avec elle.

Delphine de Vigan est un auteur qui compte pour moi. Car elle donne de toute son âme et il en faut en tout cas du courage pour écrire un tel roman, cette folle fuite en avant.

Ce livre est un cri d'amour. Que dis-je, un hurlement.

Dans la nuit.

5

Delphine de Vigan a souhaité écrire sur sa mère, et le pari est à mon sens réussi.
Elle a créé une atmosphère particulière autour du personnage de Lucile, à la fois solaire et torturé.
J'ai aimé ce qui se dégage de ce livre et les questionnements qu'il soulève, notamment sur les schémas qui se reproduisent inlassablement, et sur la maladie mentale.
J'ai aimé les digressions de l'auteure sur le cheminement de son écriture.
Je ne partais pourtant pas convaincue, mais je dois admettre que je suis conquise.

Liés