Vous êtes ici

Sur cette terre comme au ciel
432
Date de parution: 
21/03/2018
Langue: 
Français
EAN : 
9782253074021
Editeur d'origine: 
Albin Michel

Sur cette terre comme au ciel

7,90€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Palerme, années 1980. Comme tous les garçons de son âge, Davidù, neuf ans, fait l'apprentissage de la vie dans les rues de son quartier — amitiés, rivalités, bagarres, premiers émois et désirs pour Nina, la fillette aux yeux noirs pour laquelle il ira jusqu'à se battre sous le regard fier de son oncle Umbertino. Pullara, Danilo et Gerruso rêvent de devenir ouvrier ou pompiste comme leurs pères. Davidù, lui, n'a pas connu le sien, mais a hérité de son talent de boxeur.
Entre les légendes du passé et les ambitions futures, le monde des adultes et la poésie de l'enfance, Davide Enia, finaliste du prix Strega, tisse le destin d'une famille italienne à travers trois générations d'hommes. Entremêlant leurs histoires avec brio, il dresse un portrait vibrant de sa terre, la Sicile, et de ceux qui l'habitent.
 
Un premier roman saisissant, une véritable révélation.  Hubert Artus, Lire.
 
Une langue survoltée et rythmée. Percutant.  Fabio Gambaro, Le Monde.
 
Prix du Premier Roman étranger.

Les derniers avis

3
« Ton corps prend les coups de poing réels, mais notre âme prend les coups de poing invisibles. » Palerme un endroit qui "a toujours été une poudrière, enculée de misère". C'est dans ce cadre que Davide Enia campe ses personnages hauts-en-couleur. Rosario, Umbertino, Davidù. Trois hommes, trois générations de boxeurs. Rosario a connu la guerre, Umbertino la débrouille, Davidù, lui, porte l'espoir d'amener enfin le titre de champion dans la famille. La découverte des coups, de l'amour, de l'amitié et de la persévérance le fera grandir dans le Palerme des années 90 rongé par la Mafia. Le roman est traversé par des figures magistrales telles que Providenza, la grand-mère, ancienne institutrice, qui enseignait à ses élèves, pour mieux les préparer à la vie, les verbes et le calcul, mais aussi les offenses et les injures. Rosario, le grand-père, ancien prisonnier de guerre en Afrique, parle peu, "soupèse chaque gramme de ses paroles et de ses actions ». Il fera de ses descendants des boxeurs, "La boxe, c'est pas juste donner des coups de poings et en recevoir, c'est une discipline qui apprend le respect et le sacrifice". Et puis, il y a l'inoubliable Nina, cheveux roux, yeux noirs, une odeur de citron et de sel... Trois vies, trois générations, trois histoires qui vont se chevaucher tout au long du livre. Bien que le sujet du livre soit la boxe, on y parle de bien d'autres choses, comme l'amitié, l'amour, la fraternité, le partage. Le choix de l'auteur de changer de personnage d'une phrase à l'autre, sans transition, m'a souvent dérangée au cours de cette lecture. C'est le seul bémol, j'aurais aimé plus de linéarité dans le récit. Il n'en reste pas moins que pour ce premier roman Davide Enia nous offre un texte plein de poésie, de force et de beauté. Un auteur à suivre.