Vous êtes ici

Tant que dure ta colère
352
Date de parution: 
30/08/2017
Langue: 
Français
EAN : 
9782253092759
Editeur d'origine: 
Albin Michel

Tant que dure ta colère

7,30€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Au nord de la Suède, à la fonte des glaces, le cadavre d'une jeune fille remonte à la surface du lac Vittangijàrvi. Est-ce son fantôme qui trouble les nuits de la procureure Rebecka Martinsson ? Alors que l'enquête réveille d'anciennes rumeurs sur la mystérieuse disparition en 1943 d'un avion allemand dans la région de Kiruna, un tueur rôde, prêt à tout pour que la vérité reste enterrée sous un demi-siècle de neige...
Après  Le Sang versé  et  La Piste noire, Åsa Larsson nous entraîne une fois encore dans une intrigue aussi complexe qu'envoûtante, où elle dissèque les recoins les plus obscurs de l'âme humaine.
 
Avec ce récit, ode aux enchantements d'un hiver sans fin, hymne aux solitaires et requiem tourmenté, Asa Larsson captive.  Sarah Benedetti, L’Express. 

Les derniers avis

3

Il s'agit de ma première lecture d'Åsa Larsson et donc première rencontre avec le personnage de Rebecka Martinsson dont c'est la quatrième apparition.
Tant que dure la colère est un polar relativement classique, qui ne se distingue que par son ambiance nordique et un brin de fantastique mais qui reste discret.
La lecture est fluide et le roman est bien mené par l'auteure. Nous suivons la procureure Martinsson sur une enquête concernant le décès de Wilma et la disparition de son ami lors d'une plongée. Entre les vieilles histoires qui resurgissent et les tensions dans le village, cette enquête va être bien plus longue que prévue.
Un roman simple et efficace et une bonne lecture.

3
Beaucoup de profondeur , comme d'habitude, dans ce roman où l'auteure nous plonge avec talent dans l'hiver du Nord de la Suède, qu'elle connaît si bien . Un éclairage fort intéressant sur cette période trouble que connue la Suède durant la dernière guerre , entre la complaisance puis l'hostilité à l'Allemagne nazi. Mais que vient faire là ce fantôme d'une jeune fille assassinée ? Cela n'apporte rien au récit, qui par ailleurs ne donne nullement dans le fantastique ou l'étrange. Pour le lecteur qui , comme moi, n'adhère nullement aux croyances en un au delà, cela crée un certain malaise.