Vous êtes ici

Un soir de décembre
192
Date de parution: 
07/11/2018
Langue: 
Français
EAN : 
9782253070993
Editeur d'origine: 
JC Lattès

Un soir de décembre

6,90€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
« Un livre peut-il porter à ce point la trace d’une femme ? Peut-on écrire seulement pour ça, pour se rapprocher de quelqu’un ou – de manière plus juste – pour l’attacher à soi ? »

Lorsqu’il écrit son premier roman, Matthieu Brin, quarante-cinq ans, est marié, père de deux enfants et mène une vie confortable. Et puis c’est le succès, les éloges, les lettres d'admirateurs. Parmi ces lettres, celles d’une femme qu’il a aimée et qu'il croyait avoir oubliée…

Sous la plume intimiste et saisissante de Delphine de Vigan, Un soir de décembre raconte l’histoire d’une faille soudaine dans l’existence d’un homme, d’un moment de fragilité où les certitudes s’estompent, où le passé ressurgit et où la mémoire se recompose.

Un livre captivant sur ce qui fait plonger les romanciers en eux-mêmes pour écrire. Parfois à leurs dépens… Psychologies.

Deux femmes blessées, et un homme en désarroi, que Delphine de Vigan ne juge pas, dont elle accompagne la mélancolie de mots clairs : Un soir de décembre interroge les failles des amours avec délicatesse. Le monde des livres.

Les derniers avis

2

Une petite histoire comme ça (imaginez un geste de la main vague), lue un soir de janvier (j'aurais pu la lire en décembre, mais ç'aurait été une coïncidence frauduleuse) dans une chambre située bien loin de l'univers typiquement parisien qui est là exposé aux regards (à quatre cents kilomètres, pour tout dire).

Tout m'a paru creux, comme si c'était le vide, le vain, le vent qui avaient été étendus sans joie sur près de deux cents pages ; des pages qui ne sont pas noircies de haut en bas mais qui montent tout de même un décor grisâtre, d'une bichromie apathique, devant lequel se meuvent des personnages-ombres. Il n'y a pas d'amour mais des flots fumeux d'excuses et de prétextes concupiscents qui noient le mariage du protagoniste et, par là même, son bonheur.

En d'autres termes, c'est un roman insipide pour qui ne connaît rien aux vicissitudes de la vie (surtout sexuelle) d'un citadin quarantenaire en panne d'inspiration.