Vous êtes ici

Collectif

Coups de coeur des libraires

Amours passionnées, charnelles, déçues, fatidiques, vibrantes, vivantes... Jeux de séduction, œillades et extases devant la blancheur du poignet de sa belle. Jeune fille échevelée courant gorge offerte sur la plaine, les larmes ruisselantes de n’être pas aimée en retour par ce prétendant pourtant si avenant. Nous avons tous les images en têtes, les phrases, les sons d’une romance, d’une histoire d’amour : « Roméo, pourquoi es-tu donc Roméo ? », « Partons dans un baiser pour un monde inconnu », « Le ciel bleu sur nous peut s’effondrer »… À l’heure des tweet, des sexto, des réseaux sociaux, des blogs, de la 4G, du tout tout-de-suite, de l’instantané, de la consommation à outrance, du voyeurisme, des « atouts » de Nabila et des tirades de Clara Morgane, que reste-t-il de la séduction, du flirt, du baiser, des caresses, de l’amour ? Plutôt que de mettre un sociologue sur le coup qui, dans son petit laboratoire, à coup de statistiques, de courbes et de poncifs, donnerait en 750 pages un portrait détaillé des amoureux 2014, Le Livre de poche a préféré passer la plume à ceux qui la vive, cette passion amoureuse 2.0 : les blogueurs, les artistes, les chroniqueurs. Côté musique, on ouvre le bal avec Oxmo Puccino, rappeur évoquant le désir qui s’émousse et l’importance de faire durer le plaisir de la séduction. Les Sexy Sushi, groupe électro, livrent une liste oulipienne de ce qu’elles aiment ou non. Quant à Héléna Noguerra, elle évoque avec tendresse les hommes de sa vie et la relation amoureuse entre deux femmes, Michèle et Michèle. La relation homosexuelle est au centre d’un texte du « Pédé » (comme il se surnomme) du blog « C’est la gêne ». Nouvelle touchante sur une rupture, l’absence de celui qui est parti, ras-le-bol d’entendre soir et matin des gens dans tous les médias clamer haut et fort qu’ils n’auraient pas le droit de s’aimer. L’amour a-t-il un sexe ? En tout cas, il a une sexualité. Titou Lecoq, journaliste, nous conseille de dissocier sentiments et parties de jambe en l’air. Le meilleur moment pour dire la première fois « je t’aime » n’est pas lorsqu’on récupère de ses acrobaties. Les scénaristes de la mini-série « Bref » abonde avec le scénario de « J’ai un plan cul régulier ». Enfin, Sacha Grey, ancienne actrice pornographique, nous offre sa playlist love, car il n’y a pas que le sexe qui donne des émotions, la musique aussi. Ajoutons les jeux graphiques et textuels de Christophe Conte, Coco, Tashi Bharusha, les « raconteurs d’histoire » d’Aucun Lien... et nous voilà nanti d’un « putain de recueil » ! Aux cyniques rétrogrades qui clameront leurs traditionnels « tout se perd », je piocherai ces quelques phrases qui n’ont rien à envier à Musset, Shakespeare ou encore Jane Austen : « Nous vivions pour la vitesse et l’amour ralentissait la vie », « Le véritable amour me donne la sensation que je ne pourrai jamais vivre sans », et enfin : « Ça va mon cœur ? Je ne sais pas, je ne suis pas cardiologue. »

A l'occasion de la publication de Putain d'Amour, retrouvez la chronique de Gérard Collard de la Librairie La Griffe Noire !