Vous êtes ici

Au petit bonheur la chance
384
Date de parution: 
06/03/2019
EAN : 
9782253074304
Editeur d'origine: 
Fayard/Mazarine

Au petit bonheur la chance

8,20€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

1968. Jean a six ans quand il est confié du jour au lendemain à sa grand-mère, Pour l’été. Pour toujours. Il n’a pas prévu ça. Elle non plus. Mémé Lucette n’est pas commode, mais dissimule un cœur tendre. Jean, véritable moulin à paroles, est un tourbillon de fraîcheur pour celle qui vivait auparavant une existence paisible, rythmée par ses visites au cimetière et sa passion pour le tricot. Chacun à une étape différente sur le chemin de la vie – elle a tout vu, il s’étonne de tout –, Lucette et Jean vont s’apprivoiser en attendant le retour de la mère du petit garçon. Ensemble, dans une société en plein bouleversement, ils découvrent que ce sont les bonheurs simples qui font le sel de la vie.

Un duo improbable et attachant pour une cure de bonne humeur garantie !

Les coups de coeur des libraires

Attachant !

Découvrez l'histoire attachante de Jean, plein de vie et débordant d'amour pour sa mère. Au fil des pages, au fil du temps, Jean perd son insouciance devant la dure réalité de la vie, devant les choix de sa mère. Un roman léger à lire sans modération.

Chloé - FNAC Nogent-le-Rotrou

Les derniers avis

5
Blogueur

Jean et mémé Lucette : voici deux personnages qui se sont bien trouvés. Jean est confié à sa grand mère alors qu'il n'a que 6 ans. Le petit garçon pense alors que c'est l'histoire de deux ou trois jours, le temps que sa maman s'installe à Paris. Les jours passent, et mémé Lucette tente de combler ce vide et la tristesse qui s'empare du cœur de Jean. Une nouvelle vie commence à Grandville, auprès de cette grand mère un peu bourru, qui cache une vraie bonté d'âme. Jean grandit, dans une société en pleine mutation. L'auteure nous dresse ici un panorama de cette France de la fin des années 60 : mai 68, l'essor de la technologie, le combat pour les droits des femmes... Chaque génération à son avis sur la question, les jeunes ressentant d'avantage la pression qu'exerce ce nouveau monde d'après guerre. Les liens de famille sont mis à l'honneur dans ce roman, comme c'est le cas dans les autres ouvrages d'Aurélie Valognes.

Je me suis beaucoup attaché à Jean, ce petit garçon qui ne comprends pas pourquoi sa maman est partie, le laissant seul avec sa grand mère. Ces deux personnages principaux sont très touchant, le lien qui les unit devient de plus en plus fort au fil des chapitres. Chacun s'apprivoise, parfois difficilement, le quotidien de Jean et sa grand mère est bouleversé le jour où Marie prend la fuite. Mais l'amour filiale est inconditionnelle, et l'auteure parvient ici à retranscrire à merveille les sentiments de ces deux êtres si différents. J'ai également beaucoup aimé le personnage de Françoise, moins développé que ceux de Marie, Jean et mémé, mais qui jouera un rôle primordiale dans la reconstruction sentimentale du petit garçon.

Un roman bien plus profond que ceux parus précédemment, plus développé, et beaucoup plus triste. J'ai d'ailleurs été très étonnée sur ce point, les autres livres étant très drôles avec des personnages un peu caricaturés mais avec toujours une histoire bien ficelée. Ici, nous sommes plus sur le récit d'une enfance, porteur d'espoir, de bonheur, mais aussi de désillusions... Pas de rebondissements qui amènent le personnage principal à une happy end, Aurélie Valognes s'est un peu éloignée de son "style" habituel, mais c'est cependant une grande réussite ! La délicatesse qui imprègne ce roman ne pourra que convaincre les septiques, ceux qui se posent encore la question : c'est pas un peu nian-nian Valognes ?

5
Blogueur

Ce roman était l'occasion de lire pour la deuxième fois la plume d'Aurélie Valognes. Plus dans l'émotion que ma précédente lecture, j'ai néanmoins été une nouvelle fois transportée dans l'univers proposé par l'auteure.
Nous faisons ici connaissance avec Marie, une jeune femme malheureuse en ménage qui, un soir, décide de quitter son mari. Elle dépose leur fils Jean, âgé de 6 ans, chez sa mère Lucette puis pars pour Paris en faisant la promesse de revenir chercher le petit dès qu'elle serait installée. Les jours puis les semaines passent, Jean vit mal cet « abandon » surtout qu'il n'a aucune nouvelle de sa maman. Pourtant, peu à peu, il va trouver un nouvel équilibre et il va se construire sa vie en Normandie.
Jean est un petit garçon attachant. Perdu au départ, il va se raccrocher aux lettres qu'il reçoit de sa mère pour sa essayer de profiter malgré tout de son séjour en Normandie. Très curieux, Jean est également très maladroit, ce qui lui vaut les moqueries de sa grand-mère. Auprès d'elle, de ses cousins et de sa tante Françoise, il va s'épanouir et passer doucement de l'enfance à l'adolescence. Il voue également un amour sans bornes à sa maman et souffre, malgré tout, de la séparation. Au fil des pages, on le sent également devenir de plus en plus sage et responsable, notamment quand il se rend compte que sa grand-mère vieillit. Les rôles s'inversent et il commence à veiller sur elle avec coeur et amour.
La grand-mère de Jean, Lucette, est une grand-mère comme on les aime, c'est à dire une grand-mère qui fait de son mieux pour son petit-fils tout en regardant avec méfiance le progrès technologique. Il est important de noter que ce roman se situe dans les années 60, à une époque qui va connaitre beaucoup de bouleversements que ce soit au niveau du confort, de l'émancipation des femmes ou des changements dans la société. J'ai trouvé cette mamie très touchante et attachante, elle m'a beaucoup fait pensée aux miennes.
La maman de Jean, Marie, est peu présente mais elle est le stéréotype de la femme qui s'émancipe dans ces années-là. Malheureuse en ménage, elle décide de quitter son mari pour aller vivre seule à Paris avec son enfant. On comprend, au fil des pages, les difficultés auxquelles elle est confrontée ainsi que le dilemme auquel elle doit faire face : comment être à la fois mère et femme ?
Aurélie Valognes nous invite donc dans un voyage dans le temps, ce qui apporte un vrai plus pour moi dans ce roman. En effet, cela permet de voir, en toile de fond, les évolutions de la société et des mentalités notamment avec l'émancipation des femmes, le développement des supermarchés ou l'apparition de la télévision. Encore une fois, la plume de l'auteure est efficace et elle nous entraine dans cette histoire très touchante. Comme je l'ai mentionné précédemment, j'ai adoré Jean et Lucette car ils transpirent de sincérité. Ce roman est encore une fois une garantie de passer un bon moment en compagnie de personnages authentiques qui sauront, à coup sûr vous faire sourire ou vous émouvoir.
Je recommande donc « Au petit bonheur la chance ! » à tous les lecteurs qui sont en recherche d'un roman touchant et sans prise de tête. Lire ce roman est une chance qui vous procurera, j'en suis sûre, de vrais petits bonheurs !!