Vous êtes ici

Bakhita
480
Date de parution: 
30/01/2019
EAN : 
9782253259718
Editeur d'origine: 
Albin Michel

Bakhita

8,70€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

Enlevée à sept ans dans son village du Darfour, Bakhita a connu toutes les horreurs et les souffrances de l’esclavage. Rachetée à l’adolescence par le consul d’Italie, elle découvre un pays d’inégalités, de pauvreté et d’exclusion. Affranchie à la suite d’un procès retentissant à Venise, elle entre dans les ordres et traverse le tumulte des deux guerres mondiales et du fascisme en vouant sa vie aux enfants pauvres.
Bakhita est le roman bouleversant de cette femme exceptionnelle qui fut tour à tour captive, domestique, religieuse et sainte. Avec une rare puissance d’évocation, Véronique Olmi en restitue le destin, les combats incroyables, la force et la grandeur d’âme dont la source cachée puise au souvenir de sa petite enfance avant qu’elle soit razziée.

Véronique Olmi compose un opéra, orchestrant dans un souffle aux accents antiques les voix de la tragédie et celles de l’espérance. Marianne Payot, L’Express.

Un roman bouleversant. Valérie Trierweiler, Paris Match.

PRIX ROMAN FNAC 2017.

Actualités

Pour vous accompagner durant vos vacances, plongez-vous au cœur de romans lauréats de prix littéraires.

Les derniers avis

5
Blogueur

Bakhita nait dans un paisible petit village du Darfour, et y même une vie tranquille de petite fille africaine, aimée de sa mère, son père et ses frères et sœurs. Cette relative quiétude est ébranlée par un premier événement qui traumatisera souvent Bakhita : l’enlèvement violent de sa sœur ainée. Elle a alors 5 ans. Elle vivra les deux années suivantes avec ce manque quotidien, puis sera enlevée à son tour par deux hommes, près de son village, et vendu comme esclave à seulement 7 ans. Elle marchera longtemps, pieds nus, et traversera tout le pays pour se rendre au Soudan, pays roi du trafic d'esclaves. Certains passages du récit ici me marqueront pour toujours, la violence est omniprésente, Bakhita perd tous ses repères, elle est déshumanisée. Les maitres battent, fouettent, insultent, les femmes, les hommes, les bébés.
Binah. Dans son grand malheur, Bakhita rencontre Binah, petite fille du même âge, qui la suivra dans cette longue traversée du désert, et qui sera achetée par le même maitre par la suite. Sans Binah, Bakhita n'aurait certainement pas survécu. C'est elle qui lui permet de garder espoir, elles se soutiennent mutuellement, elle devient sa famille et sa seule raison de survivre. Une relation profonde, d'un amour inconditionnel que l'auteure parvient à nous transmettre de manière magistrale. L'écriture de Véronique Olmi est fluide, presque poétique (ce qui tient du champ de force à la vue de la cruauté décrite...), et dépeint avec une terrible justesse les grandes étapes de la vie de la jeune esclave. Le lecteur pleure, tremble, espère aux côtés de Bakhita. Véritable biographie parfaitement documentée, Véronique Olmi retrace le destin tragique de celle dont le prénom signifie "la chanceuse".

La deuxième partie du roman débute avec l'arrivée de Bakhita en terres européennes. Les relations avec les maitres changent, et elle rencontrera des personnes qui la "sauveront" du calvaire de l'esclavagisme, et lui permettront de trouver sa voix, celle qu'elle a finalement toujours essayé de suivre : sauver les enfants.

Ce qui m'a le plus touchée dans cet ouvrage, c'est de voir que l'âme de la jeune femme est toujours aussi pure, même après tous les supplices qu'on lui a infligé, tous les conflits traversés (en Afrique et en Europe) : Bakhita est d'une force exceptionnelle, et d'une bonté extra-ordinaire. J'ai également appris de nombreuses choses sur la traite des esclaves au Darfour et au Soudan, je ne connaissais pas les détails de cette triste période. Un roman que je vous conseille de lire, qui me marquera sans doute pour toujours, et qui sera sans aucun doute dans mes plus beaux coups de cœur de l'année. Merci Madame Olmi pour ce livre merveilleux.

5

Une histoire tellement romanesque qu'on la croirait sortie de l'imagination d'un auteur. Et pourtant, Bakhita a bien existé. La petite fille soudanaise de 7 ans, arrachée à sa famille et son village pour devenir esclave, qui vécut de terribles souffrances pendant plusieurs années, jusqu'à son arrivée en Italie et sa rencontre avec l'église où son destin va basculer. Une histoire bouleversante, portée par l'écriture délicate de Véronique Olmi. Inoubliable !
Frédérique Franco, Librairie Le Goût des Mots, Mortagne-au-Perche

Liés