Vous êtes ici

Big Daddy
288
Date de parution: 
04/05/2016
EAN : 
9782253098904
Editeur d'origine: 
Grasset

Big Daddy

6,90€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Un gamin des rues, Rody, est condamné à perpétuité pour un triple meurtre dans un trou perdu de l'Amérique profonde. Lors de ses tête-à-tête avec l'avocate commise d'office, il raconte son intimité avec Big Daddy, grand pervers criminel qui avait fait de lui son « fiston ». Argent, drogue, sexe et loi de la haine, Blancs, Noirs, obèses, prostituées : tout y passe... mais rien ne se passe comme on peut l'imaginer. « Rody’s case », l'affaire Rody, est médiatisée et devient un enjeu de la campagne politique du gouverneur : consentira-t-il à le relaxer ?
Un roman noir au suspense psychologique insoutenable. Âmes sensibles, s’abstenir…
 
 
Une métaphore du monde moderne où la brutalité prend tous les visages. Un livre coup de poing. Valérie Gans, Figaro madame.
 
 
Une intrigue à l’efficacité redoutable. Hubert Artus, Lire.
 
On sort le souffle coupé. Michel Schneider, Le Point.

Les derniers avis

3
Blogueur

Ce livre est extrêmement intéressant car l'auteure va mettre en avant des thématiques intrinsèques aux États-Unis, elle va souligner des controverses propres à cette culture, elle va aller plus loin que certains écrivains américains tout simplement parce qu'un regard extérieur est souvent plus acéré. Ainsi le lien entre la politique et le milieu carcéral, les problèmes liés à la drogue, violence, au racisme...

Sous le thème de la confession, d'une vie contée, une vie riche pour un garçon si jeune, un être qui a très vite été pris dans l'engrenage du crime... Chahdortt Djavann est très forte pour dépeindre cette violence, elle va loin et rapproche le récit de l'insoutenable et comme le dit le résumé : âmes sensibles s'abstenir ! Mais pour une fan de roman noir comme moi (et qui a fait un marathon des films Saw pour on ne sait quelle raison) il en faut plus pour me choquer !

J'ai trouvé ainsi qu'au travers des protagonistes complexes et charismatiques, de la mise en lumière des problèmes sociétaux et de la brutalité du récit : Big Daddy est un roman réussi. Je trouve qu'il est très difficile de s'imprégner d'un pays, de son atmosphère et de son héritage : certes il y a des clichés qui sont trop flagrants et on sent que ce n'est pas un américain qui est à l'origine du récit mais il est toujours passionnant de voir le regard étranger sur ce pays. Un autre regard qui vient des tripes.

En définitive, j'ai aimé ce livre : un très bon roman noir ! 

3
Blogueur

Plus la narration de Rody conforte le lecteur dans un sentiment d’empathie à son égard, étant donné les épreuves endurées, plus le portrait de l’avocate devient ambigu et trahit la complexité de sa personnalité.
Mais Rody est-il seulement ce jouet que Big daddy a façonné au gré de sa perversité ? Une victime ou un menteur ? Un innocent ou un manipulateur ? Qu’espère-t-il de son avocate et lui a-t-il tout dit ?
Nikki est-elle une femme au grand cœur, animée des meilleurs intentions, prête à sacrifier sa carrière et son existence pour venir en aide à un gamin paumé ou cherche-t-elle autre chose en s’aliénant l’attention et l’affection de l’adolescent ?
Qui manipule qui ? Qui domine qui ?
Explorant au scalpel la part la plus sombre de l’âme humaine, ne négligeant pas la dimension politique et sociale du contexte – Nikki profite de la campagne de réélection au poste de gouverneur de l’État où est incarcéré Rody pour tenter une réouverture de son dossier par la Cour fédérale – jouant avec aisance de l’intertextualité dans la fin du roman, le tout avec une jouissance et une habileté diaboliques, la romancière livre un texte dense, fouillé, construit au cordeau et sans concession, dont on ne ressort pas indemne.
Lire Big daddy, c’est s’exposer à recevoir en retour une décharge électrique de 2000 volts. Vous voilà prévenus…