Vous êtes ici

Canicule
448
Date de parution: 
02/05/2018
Langue: 
Français
EAN : 
9782253086246
Editeur d'origine: 
Kero

Canicule

Renaud Bombard (Traducteur)

8,20€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Kiewarra. Petite communauté rurale du sud-est de l’Australie. Écrasée par le soleil, terrassée par une sécheresse sans précédent. Son bétail émacié. Ses fermiers désespérés. Désespérés au point de tuer femme et enfant, et de retourner l’arme contre soi-même  ? C’est ce qui est arrivé à Luke Hadler, et Aaron Falk, son ami d’enfance, n’a aucune raison d’en douter. S’il n’y avait pas ces quelques mots reçus par la poste : Luke a menti. Tu as menti. Sois présent aux funérailles... Les blessures de son départ précipité de Kiewarra sont encore à vif, mais Aaron a une dette, et quelqu’un a décidé que le moment est venu de la payer.

Thriller au suspense psychologique torride, Canicule nous enlise dans une communauté à la mentalité aussi aride que la sécheresse qui l’accable. François Lestavel, Paris Match.

C’est toute une ambiance, mélange de western et de roman d’initiation, que Jane Harper livre avec doigté. Marianne Payot, L’Express Styles.

Traduit de l’anglais (Australie) par Renaud Bombard.
British Books of the Year
2018

Les coups de coeur des libraires

Un premier roman parfaitement maîtrisé.

 CHRISTINE LECHAPT, de la Librairie Le Carré des Mots, à Toulon vous conseille : 
 
Cette année-là, la petite bourgade australienne de Kiewarra connaît une sécheresse sans précédents, au point que certains fermiers en viennent à commettre l’irréparable. C’est le cas de Luke Hadler qui a tué sa femme et son fils avant de se donner la mort. Aaron Falk, enquêteur à la police fédérale de Melbourne, revient en ville pour les funérailles de son ami d’enfance qu’il a plus ou moins perdu de vue. Le soir de l’enterrement, le père de Luke, persuadé que son fils est incapable de commettre un acte aussi monstrueux, convainc Aaron de mener l’enquête. Sauf que celui-ci a un lourd passé avec la petite ville de Kiewarra et qu’il est très loin d’y être le bienvenu. Bien malgré lui, il va donc fouiller dans le passé de son ami, déterrant au passage de bien douloureux souvenirs.
Oscillant entre passé et présent, Jane Harper tient en haleine le lecteur dès la première ligne grâce à des personnages attachants et à un climat pesant.
Un vrai régal !

Les derniers avis

3
Blogueur
L’arrivée de Falk à Kiewarra remue la merde (au sens propre comme au figuré) et fait ressortir les vieux secrets et la haine des villageois contre celui qui ressemble le plus au coupable de la noyade d’Ellie, 20 ans auparavant : Aaron Falk. Luke, Aaron, Ellie et Gretchen, le quatuor inséparable du lycée à l’époque a perdu deux membres et les deux autres sont devenus des étrangers l’un pour l’autre. Mais les secrets ont la vie dure !
 
Les deux histoires sont-elles liées ? Luke est-il coupable d’avoir tué sa femme et son fils ? Qui a tué Ellie ? Quel est le vrai rôle de Falk ? D’entrée de jeu, on croule sous les questions, les soupçons, les doutes. J’ai suspecté TOUT le monde. Impossible de démêler ce double nœud de soupçons avant la fin du bouquin et pourtant on était deux habituées de thrillers en lecture commune.
 
En plus du côté ultra addictif généré par la plume vive de Jane Harper, et les secrets et doutes qui vont et viennent, ce que j’ai adoré dans ce roman c’est son ambiance ! Je ne suis encore jamais allée en Australie et encore moins dans son fameux bush australien mais j’avais carrément l’impression d’y être, dans cette touffeur, cette moiteur, cette aridité, cet été caniculaire étouffant.  L’immersion est totale et la canicule nous embarque complètement !
 
3
Blogueur
Suffocant, chaleur, sécheresse, étouffant... Il fait chaud à Kiewarra! Vous aurez besoin d'une bonne boisson fraîche pour terminer ce thriller à l'atmosphère caliente! Que ce soient par les personnages, l'ambiance, l'histoire, on ressent totalement la chaleur, la tension qui émane de ce livre. On avance pas à pas dans l'enquête aux côtés de Falk et Raco le sergent de la ville de Kiewarra et on remonte lentement dans le passé (inséré dans le texte en italique) pour tenter de comprendre. La blogueuse "L'oeil de Luciole" (avec qui j'ai lu ce livre) et moi n'avons pas arrêté de nous poser des questions au sujet du coupable, ça me rendait folle et en même temps j'adore ça. Ce n'est qu'au trois quart du livre que l'on commence à comprendre ces deux intrigues entremêlées. Le rythme, lui, ne faiblit pas. 
 
Protégez-vous, la"Canicule" va vous tomber dessus...
 
À bientôt,
 
Elodie.