Vous êtes ici

Ce soir je vais tuer l'assassin de mon fils
224
Date de parution: 
18/05/2011
EAN : 
9782253157236
Editeur d'origine: 
Anne Carrière

Ce soir je vais tuer l'assassin de mon fils

7,10€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

Quand son fils meurt, renversé par un chauffard qui a pris la fuite, Antonio Rodriguez jure à sa femme qu'il le vengera. Tandis que l'enquête piétine, il finit par découvrir le meurtrier, un cadre supérieur de sa propre entreprise dont l'attitude lui paraît très suspecte. Pourtant, un jour, les gendarmes l'informent qu'ils viennent d'arrêter le coupable. Les preuves sont formelles, l'homme est passé aux aveux. Mais ce n'est pas le même individu. Dans ce roman à quatre voix – Antonio et sa femme, Sylvia, l'assassin et son épouse –, se noue un ballet macabre, autour du thème de l’autodéfense : qui Antonio Rodriguez va-t-il tuer ce soir ?

Polar haletant et brillamment mis en scène. […]. Rarement, un livre nous a semblé aussi proche d’une forme de vérité. Nathalie Dupuis, Elle.

Les coups de coeur des libraires

L'avis de Gérard Collard de la librairie La Griffe Noire (Saint-Maur-des-Fossés)

C'est une explosion de nos neurones. C'est l'histoire d'un salaud, ivrogne et il renverse un enfant et préfère se sauver que d'assumer ses actes. Mas le père de l'enfant est le salarié du chauffard et il ne va pas en rester là. On a l'impression de connaître les personnages, c'est génial.

http://www.lagriffenoire.com/

D'autres coups de cœur libraires, en vidéos ? cliquez ici

 

Les derniers avis

3
C'est le premier livre de Jacques Expert que je lis et certainement pas le dernier. J'ai trouvé ce thriller percutant et criant de vérité. La seule chose que je déplore c'est que le dénouement de cette histoire m'a laissé sur ma faim. Je pense que ce drame aurait mérité d'être approfondi et développé. Dans ce roman ,l'auteur va aborder plusieurs thèmes assez récurents au jour d'aujourd'hui, à savoir le premier l'alcool au volant. Jean-Pierre Boulard qui vit une vie relativement confortable va prendre sa voiture en ayant bu 4 verres d'alcool ce que font beaucoup de mecs dans la réalité sans se soucier des risques qu'il prennent vu que pour eux ils ne sont pas "bourrés", ce qu'ils oublie c'est que l'alcool amoindri nos facultés. Malheureusement Jean-Pierre va renverser un enfant. Ayant peur de perdre sa vie ( permis, job, réputation et ses enfants) il va préféré faire un délit de fuite. A partir de ce moment là, la tension va monté crescendo. Je n'ai pas pu lâché ce roman qui m'a tenu en haleine jusqu'à la dernière page. L'auteur a choisit de donner la parole a ses quatre personnages principaux pour relaté les moments passés de l'affaire ce que je trouve vraiment judicieux car on a plusieurs points de vue avec des sentiments différents ainsi on a donc Jean-Pierre l'assassin imbuvable, présomptueux et détestable au possible qui va faire comme si rien ne s'était passé sauf que l'enfant en question est le fils d'un des employés de sa boite. Il va même aller jusqu'à devenir le confident d'Antonio Rodriguez le père de l'enfant et le manipuler pour qu'il tue l'assassin présumé comme Antonio avait promis à sa femme de le faire. Sa femme Christine Boulard, mère au foyer qui ne supporte plus son mari et prête à le faire disparaître en se servant du pauvre Antonio. Antonio et Sylvia Rodriguez qui sont les parents de l'enfant ravagés par la douleur et prêt à tout pour se venger et tuer l'assassin de leur fils. Afin de relier les trois parties où les personnages narrent l'histoire, l'auteur devient alors le narrateur et nous dit ce qu'Antonio fait au moment présent. Qui va-t-il tuer? J'ai passé un très bon moment livresque sans temps mort mais beaucoup trop bref à mon avis. Je pense que l'auteur à voulu nous faire passer le message de "boire ou conduire il faut choisir" car de nos jours c'est devenus un phénomène malheureusement classique et banal. Un accident peut arriver à n'importe qui, personne n'est à l'abri.
3
Blogueur

La tension monte au fil du livre, en même temps que le plan de chacun prend forme. Je n'ai pas lâché le déroulement des événements, impatient de connaître la conclusion. C'est donc très bien mené et surtout terriblement angoissant.

Liés