Vous êtes ici

Elle voulait juste marcher tout droit
416
Date de parution: 
21/03/2018
Langue: 
Français
EAN : 
9782253074007
Editeur d'origine: 
Albin Michel

Elle voulait juste marcher tout droit

7,90€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
1946. La guerre est finie depuis quelques mois lorsque Alice, huit ans, rencontre pour la première fois sa mère. Après des années à vivre cachée dans une ferme auprès de sa nourrice, la petite fille doit tout quitter pour suivre cette femme dont elle ne sait rien et qui lui fait peur, avec son drôle de tatouage sur le bras. C'est le début d'un long voyage : de Paris à New York, Alice va découvrir le secret de son passé, et quitter l'enfance pour toujours.
Comment trouver son chemin dans un monde d'adultes dévasté par la guerre ? Avec une extrême sensibilité, Sarah Barukh exprime les sentiments et les émotions d'une enfant prise dans la tourmente de l'Histoire.
 
Un très beau premier roman.  Femme actuelle.

Les coups de coeur des libraires

Merci à Sarah Barukh pour sa générosité et son authenticité

Voici le choix de ISABELLE THEILLET, de la librairie Mots & Motions, à Saint-Mandé (94) : 
 
Alice a 5 ans et habite avec sa nounou Jeanne une ferme à Salies-de-Béarn. Nous sommes en 1943. « C’est parce que c’est la guerre », est l’unique explication qu’elle reçoit sur ce qui se passe autour d’elle. Nous allons la suivre jusqu’en 1947, à Paris, après un séjour incroyable à New York, et nous attacher à cette courageuse fillette qui devra comprendre seule ce que le monde a traversé pendant toutes ces années.
J’ai lu beaucoup de romans sur la Seconde Guerre mondiale, ce qui fait l’originalité et la force de celui-ci, c’est l’innocence d’Alice : tout est vu à travers ses yeux d’enfant. Elle ne sait pas ce qu’est un « Juif », encore moins un déporté et un camp de concentration. La période de l’après-guerre lui permettra de découvrir qui étaient ses parents (bel hommage, au passage, aux résistants et aux photographes de guerre). Vous ne pourrez pas lâcher ce premier roman très touchant. 

Les derniers avis

Portrait de elodieuniverse
5
Blogueur

J'ai vraiment beaucoup aimé avoir le regard de cette petite fille sur cette terrible guerre ainsi que sur l'après-guerre qui,notons le, est aussi ignoble que la guerre elle-même car hommes et femmes ne seront plus jamais les mêmes. Alice est spectatrice de ce qu'il se passe et c'est très dur pour elle car on n'explique pas grand chose aux enfants. Elle fait durant son parcours des rencontres qui viendront changer le cours de sa vie. La lettre de Diane à la fin du livre est ce qu'il m'a le plus touchée, une lettre bouleversante qu'elle écrit à sa fille. En revanche, j'aurais aimé avoir des nouvelles de Jean-Joseph, son ami de Paris. J'ai adoré la découverte des lieux parisiens, de New-York dans ces années. Bref, je vous conseille ce livre riche et touchant qui nous montre la Seconde Guerre Mondiale à travers un oeil différent.

Portrait de Virginie Vertigo1
4
Blogueur

Alice a 5 ans et vit avec sa nourrice Jeanne à la campagne. Elle mène une vie plutôt insouciante, faite de petits conflits d’enfants. Cependant, ne pas connaître sa maman la travaille. Et pourquoi Jeanne est troublée quand les Allemands la questionnent un peu trop ?
À toutes ces questions, elle n’obtient jamais de réponses car elle est trop petite pour comprendre, ce qui l’agace profondément. Ne pas avoir de réponses sera monnaie courante par la suite quand sa mère Diane finit par la récupérer. Logées à Paris avec Monsieur Marcel, un confectionneur, elle s’aperçoit que sa maman possède un drôle de tatouage sur le bras… Qu’est-ce que sa maman a pu bien faire pendant la guerre ?
Déjà déboussolée et tourbillonnant dans un monde qu’elle ne parvient pas à comprendre, Alice se retrouve une fois de plus à devoir partir pour… l’Amérique. Elle y fait la connaissance de son père et de sa belle-mère, des personnes froides et distantes. Heureusement, elle finit par se rapprocher de son oncle, un être aveugle et plutôt bougon. Et si elle finissait enfin par obtenir la clé à toutes ses questions ?
Dans ce premier roman, Sarah Barukh fait la part belle à une histoire de fiction qui nous emporte sans nul doute. Nous nous attachons à cette petite Alice qui est la narratrice du roman. Laisser parler une enfant dans un roman peut être un peu casse-gueule mais Sarah Barukh a su rendre les propos et pensées de la fillette touchants. Le rythme est assez soutenu même si j’ai accusé un coup de mou lors de l’installation de la petite chez son père. Les pages étaient un peu longues. D’autres passages avec l’oncle sont à la limite de la crédibilité mais on s’en fiche car on attend surtout de savoir si Alice va réussir à comprendre son lourd passé.
Un roman divertissant que j’ai eu grand plaisir à lire.