Vous êtes ici

Joyeux suicide et bonne année !
224
Date de parution: 
04/10/2017
Langue: 
Français
EAN : 
9782253069935
Editeur d'origine: 
Denoël

Joyeux suicide et bonne année !

7,20€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
«  Tu fais quoi à Noël  ?
— Moi je me suicide, et toi  ?  »
Bien sûr, dit comme ça, ça peut paraître sinistre, mais, à quarante-cinq ans, c’est ma meilleure option. Ce n’est pas comme si je faisais des malheureux autour de moi. Comme si j’abandonnais mari et enfants. Je n’ai ni chien ni chat. Même pas un perroquet pour me pleurer.
Et puis ça me laisse deux mois pour faire connaissance avec mon vrai moi.
Deux mois c’est court. Ou long, ça dépend de ce qui se passe, en fait.
 
Célibataire, peu d’amis, plus de parents, Sylvie Chabert est persuadée que sa vie ne mène à rien et veut mettre fin à ses jours. Mais une série d’événements imprévus contrarie son plan. Tour à tour hilarant et émouvant, Joyeux suicide et bonne année  ! est un antidote à la solitude, un hymne à la vie, une comédie salutaire et impertinente.

Les derniers avis

3
J'ai commencé à lire ce livre avec tellement d'enthousiasme malheureusement j'ai été très déçue avec l'esprit RACISTE PURE qui anime l'écrivain et je n'ai plus continuer. c'est très dommage de constater qu'on ait publié ce genre de bouquin et que ce genre de racisme puisse encore exister. Dommage. -« — Tu pourrais adopter ? Un petit Africain ? Avec le sida ils sont moins regardants sur les familles. Ça t’occuperait et ça te changerait les idées. » Extrait de: de Villenoisy,Sophie. « Joyeux suicide et bonne année !. » iBooks. Les africains sont-ils les seuls à avoir le SIDA? MOINS REGARDANTS SUR LES FAMILLES? - page 54 : « Je suis en mode panique et SON ACCENT AFRICAIN ME FAIT CRAINDRE LE PIRE" Extrait de: de Villenoisy,Sophie. « Joyeux suicide et bonne année !. » iBooks. les africains sont des prédateurs à vos yeux? DOMMAGE QUE L'EDITION AIT PUBLIE UN TEL LIVRE REMPLI DES PROPOS RACISTES;
3
Joyeux suicide et bonne année / Sophie de Villenoisy A la mort de son père, Sylvie Chabert, quarantenaire et célibataire endurcie se sent brutalement étriquée dans une vie trop lisse, répétitive, atone et strictement codifiée : la solitude lui devient soudain tellement insupportable qu’elle décide de mettre un terme à ses jours. C’était sans compter sur l’écoute et les conseils surprenants de son psychanalyste, sur des rencontres inattendues et d’autres événements imprévisibles. Quelques notes d’humour fleurissent dans une partition jusqu’alors bien monocorde, un peu d’impertinence, beaucoup de générosité aussi… et voici un roman bienveillant, moins léger qu’il n’en a l’air et que l’on savoure sans modération entre un potage ordinaire et une coupe de vin pétillant. C’est aussi un hymne à l’empathie, à la fantaisie et à la tolérance, et les mots pour le dire sont justes, drôles, pertinents.