Vous êtes ici

Le bûcher des vanités
918
Date de parution: 
14/05/1990
EAN : 
9782253053408
Editeur d'origine: 
Le Livre de Poche

Le bûcher des vanités

Benjamin Legrand (Traducteur)

9,90€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

Tom Wolfe devrait devenir aussi la coqueluche du public français, et son Bûcher des vanités la plus sinistre, la plus drôle, la plus juste des présentations de la vie new-yorkaise… Il s’avale avec un plaisir qui ne se dément pas. Nicole Zand, Le Monde.

Le roman choc de Tom Wolfe. Où il est question de la chute d’un gagneur de Wall Street. Sur fond de convulsive fresque new-yorkaise. Vraiment saisissant ! Jean-Louis Kuffer, Le Matin .

Succès phénoménal aux États-Unis, voilà un pavé qui n’a pas fini de ricocher !… C’est « the » roman encore jamais écrit sur cette ville et ses épicentres mondialement nerveux : la Bourse et les conflits raciaux… L’argent, la politique, la presse, la justice, le courage et la lâcheté, du grand spectacle en cinémascope. Véronique Le Normand, Marie-Claire.

Cauchemardesque, fascinant, drôle et passionnant, Le Bûcher des vanités s’impose sans doute comme le livre qu’il faut avoir lu sur ce qui est aujourd’hui la « ville moderne » par excellence. Patrick de Jacquelot, Les Échos.

N’auriez-vous les moyens ou le temps de n’en lire qu’un seul, que ce soit ce Bûcher des vanités, cet incendie de mots éclairant la nuit contemporaine. Jean David, V.S.D.

Les coups de coeur des libraires

Le choix de Marie-Claire de la librairie Le Failler à Rennes (35)

Le Bûcher des vanités, ou le testament du capitalisme avant l’heure. Tom Wolfe braque sa plume brûlante sur l’univers impitoyable de New York, véritable antichambre de l’enfer où c’est à celui qui s’élévera le plus haut. Dérives des élites, manipulations médiatiques, bouc émissaire politique, mais aussi la cupidité et la trahison inhérente au goût de l’argent facile, une palette de couleurs cauchemardesque pour une fresque fascinante. Tout le monde en prend pour son grade, nul n’échappe au purgatoire de cet auteur journaliste qui n’a même pas besoin d’attiser ce brasier autophage. Ce qu’il y a de plus redoutable à la lecture de ce monument, c’est surtout ce plaisir qu’on prendra à assister – précipiter – la combustion de ce golden boy qui avait tout pour lui... De l’or et de l’argent, il ne restera que charbon...

L'avis de Xavier de Marchis, de la librairie Contretemps à Paris

"Le livre qu'il faut avoir absoluement ou dans sa bibliothèque ou sur sa table de nuit. [...] Ce qui est extraordinaire dans ce livre, c'est le portrait de la ville : le New York de la fin des années 80 ; un New York violent."