Vous êtes ici

Le Dernier des nôtres
480
Date de parution: 
23/08/2017
Langue: 
Français
EAN : 
9782253070504
Editeur d'origine: 
Grasset

Le Dernier des nôtres

7,90€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Manhattan, 1969 : un homme rencontre une femme.
Dresde, 1945 : sous un déluge de bombes, une mère accouche d'un petit garçon.
Avec puissance et émotion, l’auteur nous fait traverser ces continents et ces époques que tout oppose : des montagnes autrichiennes au désert de Los Alamos, des plaines glacées de Pologne aux fêtes new-yorkaises, de la tragédie d'un monde finissant à l'énergie d'un monde naissant... Deux frères ennemis, deux femmes liées par une amitié indéfectible, deux jeunes gens emportés par un amour impossible sont les héros de cette saga passionnante.
 
 
Romanesque et romantique, une construction formidable.  Olivia de Lamberterie, Télématin.
 
Voici un roman comme la France en produit rarement  : c’est-à-dire guère français, mais «  pulp  », d’esprit feuilletoniste et américanotrope.  Marc Lambron, Le Point.
 
Le Dernier des nôtres prend le grand vent de l’histoire.  Étienne de Montety, Le Figaro littéraire.

Un captivant roman des origines.  Claire Julliard, L’Obs.
Grand prix du Roman de l'Académie française
2016

Les derniers avis

5
Blogueur

Les livres sont précieux pour comprendre le monde et les émotions qui nous animent au quotidien. Celui-ci m'aide à mieux comprendre le sentiment amoureux et la force qui en découle. Ces héros sont amoureux ou haineux. Ils ne s'aiment pas ou trop. Ils sont capables de beaucoup par amour. Une des plus belles scènes du livre est le premier rendez-vous entre Rebecca et Werner. Cette soirée sur le toit d'un immeuble est magnifiquement écrite.
Une bonne partie de l'intrigue se déroule au moment de la seconde guerre mondiale. Au delà des épreuves traversées par les personnages, le roman nous interroge : "Qu'est-ce que je serais capable de faire ou non ?", à la place du personnage, comment aurais-je agis ?
La construction de ce livre est éblouissante. Les chapitres sont courts et alternent les époques et lieux. Cette narration rend l'intrigue rythmée et haletante. Un très bon pageturner.
Je recommande fortement la lecture de ce livre. Cette fresque romanesque me bouleverse.

5
Blogueur

Le dernier des nôtres m'avait déjà fait de l’œil en librairie, alors j'ai décidé de commencer par celui-ci.
Ce roman se passe sousdeux temporalité : le New-York des 70's et l'Allemagne de 1945. Il s'ouvre sur la première, découvrant le héros, Werner, et son meilleur ami, Marcus. Werner est un enfant adopté qui a tout du self made man américain : parti de rien, il s'est construit un empire financier. Tout deux mènent la belle vie entre travail et femmes. Et il y a ces chapitres consacrés à l'Allemagne de 1945, déchue, bombardée, dévastée. Vous en dire plus serait cruel, mais le lien entre les deux histoires est très vite évident. M'arrêter là serait aussi cruel et incomplet, alors, je vous dit tout ! Adélaïde de Clermont-Tonnerre livre l'histoire de Werner selon deux plans. Le premier, donc, où le lecteur le découvre en self made man abouti. Et le second plan où on assiste à sa naissance dans la Dresde ébranléé par le chaos et la déchéance du régime nazi. Cette histoire-là, ce passé-là, Werner n'en a pas idée. Il se sait adopté, a effectué quelques recherches sur ses origines, mais sans plus. Il se sent heureux et si passé n'est pas clair pour lui, il reste lucide sur on avenir. C'est la femme qu'il rencontre au début du roman qui va faire basculer son histoire dans l'Histoire. Et quelle histoire ! Là je serai vraiment cruelle de vous en dire plus, mais les rebondissements sont magnifiques.
Ce roman réunit mes thèmes de prédilection : la quête identitaire, la Shoah, l'abandon. Autour de ces trois thèmes, l'auteur construit une saga haletante qui m'a fait penser à La vérité sur l'Affaire Harry Québert. Pourquoi ? Pour ces mots évidents, cette enquête rondement menée, cette quête absolue ; peut-être aussi parce que dans ma lecture, mes yeux ont croisé les noms Marcus et Goodman, et les a associés sans crier gare (le héros de Dicker s'appelant Marcus Goldman).
Vraiment c'est une (en)quête où l'auteur laisse le temps aux personnages de réfléchir, d'assumer les résultats, d'envisager un avenir.

http://bibliza.blogspot.com/2016/09/le-dernier-des-notres.html