Vous êtes ici

Le Sang des pierres
528
Date de parution: 
30/01/2013
EAN : 
9782253173649
Editeur d'origine: 
Albin Michel

Le Sang des pierres

8,20€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
À la fonte des neiges, les gens du continent regagnent l'île d’Öland. Peter Mörner s'est installé dans la maison familiale, pour trouver la paix, loin de son père. De sa luxueuse villa, Vendela Larsson regarde cette lande dont elle connaît tous les secrets. Gerloff, vieux loup de mer, a voulu revoir, peut-être pour la dernière fois, le soleil de son enfance... Mais la mort rôde en cette nuit de Walpurgis qui célèbre traditionnellement la fin de l'hiver, et les drames du passé, dont témoigne la couleur rouge sang de la falaise entre la carrière et la lande, resurgissent...
L’intrigue balance entre le présent de l’île et son passé pauvre et ténébreux, peuplé de noyés, de fantômes, d’elfes et de trolls. Pourtant, l’histoire parvient à se maintenir jusqu’au bout à la lisière du surnaturel sans jamais la franchir tout à fait. Alexis Broca, Carrefour des savoirs.

Les derniers avis

3
Belle intrigue dans un petit village suédois pétrit de légende.Entre passé et présent,l'histoire s'installe dans un magnifique décors peuplé d'elfes.On s'attache au personnages et on a une folle envie de découvrir leurs secrets.Une fois commencé,impossible à lâcher.Un auteur que j'ai découvert et que je suivrai désormais.
3
Encore une fois, Johan Theorin prend la cadre de l’île d’Öland, et encore une fois, il imagine de toutes pièces le village où se déroule l’action. Action ? Euh pardon. Johan Theorin n’est pas spécialement connu pour faire des romans d’action. Et d’ailleurs l’intérêt n’est pas là. Dans ce roman, qui est situé au printemps, il ne peut pas déployer son talent à faire vivre des paysages mystérieux. Qu’à cela ne tienne ! il parsème l’histoire des légendes entre les Elfes et les Trolls, les gentils et les méchants. Il parait qu’ils se partageaient l’île, et qu’ils se sont combattus à un endroit situé près de la carrière de pierres, ce qui a donné à la pierre une couleur rouge sang. Vendella, l’un des personnages de cette histoire a vécu son enfance sur cette île, et elle a toujours vécu en compagnie des Elfes, faisant de ces histoires une part de son passé. Les personnages sont d’ailleurs ceux qui font avancer l’intrigue. On retrouve avec énormément de plaisir Gerloff, ce qui me manquait dans la précédente enquête, mais aussi Peter, un beau portrait de père dépassé par les événements, obligé de se confronter au passé de son père et d’assumer l’héritage bien peu glorieux que celui-ci lui laisse. Alors, oui le rythme est lent. Mais les scènes, décrites dans des chapitres courts, s’enchaînent avec une logique implacable, pour faire avancer une intrigue qui peu à peu s’enfonce dans des abîmes qui font une telle opposition avec la beauté du printemps. Et l’on est d’autant plus surpris quand Johan Theorin nous jette à la figure une scène choc : on est tellement bien installé dans notre confort que cela nous frappe d’autant plus fort. Ce troisième tome m’a semblé à la fois très différent des deux autres, et avec tant de ressemblances aussi. Car il y a tant de maîtrise dans les descriptions de la vie de tous les jours, tant de facilité à passer d’un personnage à l’autre, tant de fluidité dans l’écriture, que c’est un vrai plaisir à lire. Indéniablement, ce roman est son meilleur à ce jour.