Vous êtes ici

Mémé dans les orties
264
Date de parution: 
09/03/2016
EAN : 
9782253087304
Editeur d'origine: 
Michel Lafon

Mémé dans les orties

7,20€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre – certains diraient : seul, aigri, méchant –, s'ennuie à ne pas mourir. Son unique passe-temps ? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir ? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d'escampette, le vieil homme perd définitivement goût à la vie... jusqu'au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 93 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.
Un livre drôle et rafraîchissant, bon pour le moral, et une véritable cure de bonne humeur  !

Les derniers avis

3
Un livre feel-good qui fait sans conteste le plus grand bien en ces temps un peu difficiles. Je ne peux que vous le recommander et vais tenter de vous dire pourquoi. Venons-en d’abord un peu à l’histoire. Ferdinand, le bon vieux papy un peu grincheux que l’on connait tous, vit dans son petit appartement seul avec sa chienne depuis son divorce. Sa femme est littéralement partie avec le facteur. Mais, il prend tout de même les choses avec philosophie. Tous se passe plutôt bien pour lui. Si par bien se passer, on considère qu’il ne s’entend pas très bien avec Mme Suarez, la concierge et qu’il ne discute d’ailleurs pas beaucoup avec ses autres voisins. Jusqu’au jour où sa chienne disparait et où sa nouvelle voisine, la petite Juliette, vient frapper par surprise à sa porte à l’heure de midi. Ainsi commence une amitié toute tendre. Tout d’abord, je dois avouer que Ferdinand m’a beaucoup fait penser à Monsieur Fredricksen dans le dessin animé Là-haut que j’adore ! Son air bougon, un peu râleur, solitaire dans l’âme qui ne désire que passer ses journées tranquille avec son chien. Ferdinand et Carl pourraient être frères. Cette fois-ci le rôle de Russell est tenu par la toute mignonne Juliette, cette petite fille perspicace qui n’a pas peur une seconde d’exposer ses avis sur des sujets divers et variés. J’ai beaucoup aimé l’écriture que j’ai trouvée très rafraîchissante. Je ne sais pas trop vous dire pourquoi je l’ai ressentie de cette façon mais je dois dire que, contrairement aux derniers livres que j’ai lus, celui-ci m’a enfin permis de m’évader grâce à ses phrases simples, sans complications inutiles. Même si quelques mystères planent au-dessus de cette histoire et que quelques petits suspens vous donneront envie de continuer ! Les titres de chapitre tous composés de petites expressions sont vraiment sympas ! Les chapitres sont d’ailleurs très courts et on ne peut pas s’empêcher de vouloir tous les lire d’un coup. D’autant que, comme je l’ai déjà dit, ce roman est très court. Toutefois, vous ne vous ennuierez pas une seconde car les péripéties sont nombreuses ! Entre meurtre, accident, arrestation, déménagement, visites surprises, rencontres amoureuses, vous n’êtes pas au bout de vos surprises ! Bref, je ne vais pas m’attarder davantage sur ce roman car il se dévore tellement comme un bonbon que je préfère vous laisser la découverte entière. En tout cas, sachez que je vous le recommande mille fois ! Dois-je, pour terminer, vous dire à quel point cette jolie couverture tout rétro est absolument trop mignonne ? Et que le titre ne pourrait pas mieux être choisi ? Non, je ne crois pas !
3
Une fresque rigolote sur la vie dans un immeuble, alors qu'un des occupants est acariâtre et méchant. Comment faire pour l'amadouer ? comment faire pour qu'il retrouve goût à la vie ? Deux personnes s'y emploieront par des moyens plus ou moins fantaisistes. Le début est un peu lent et les interventions de la petite voisine peu crédibles. Toutefois cela reste un vrai roman "détente" qui donne matière à réflexion sur les relations entre voisins.