Vous êtes ici

Mer agitée
256
Date de parution: 
28/02/2018
Langue: 
Français
EAN : 
9782253071419
Editeur d'origine: 
Kero

Mer agitée

7,20€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Sur une plage désertée par les estivants, Jean se plonge dans l’eau glacée. Quel que soit le temps, il part nager, pour oublier son corps trop vieux, pour oublier son petit-fils Léo, enfermé dans sa chambre et replié sur lui-même depuis son retour d’Afghanistan. Léo qui crie la nuit, Léo qui lui fait peur. À quel moment s’est envolé l’enfant rieur dont il était si proche  ? Le jour où sa mère a disparu sans laisser de traces  ? Ou lors de l’une de ses missions  ?
Un soir, Léo, ivre, agresse une jeune fille. Il s’en tire à condition de présenter ses excuses. Mais quand une adolescente disparaît quelques jours plus tard, Jean va devoir affronter les gens du village qui voient en Léo un suspect idéal et deviennent de plus en plus hostiles. Il commence lui-même à douter  : et si ce petit-fils tant aimé avait commis l’irréparable  ?

Les coups de coeur des libraires

Comme le flux et le reflux de la marée

Jusqu’à quel point un syndrome post-traumatique peut-il faire basculer des vies ? Léo était un soldat déployé en Afghanistan comme tant d’autres. Le retour à la vie civile ne se fait pas forcément bien pour tout le monde. Léo va vivre reclus, isolé, chez son grand-père Jean qui sent parfaitement le trouble qui envahit son petit-fils sans pouvoir néanmoins le réconforter. Un soir, Léo agresse une jeune femme. L’histoire pourrait en rester là mais quelques jours plus tard, une autre femme disparaît. Tout de suite, les gens parlent et font des amalgames : comment Jean va-t-il pouvoir défendre et protéger son petit-fils ? Et après tout, est-il innocent ? Outre la relation entre ces deux hommes, les questionnements et les doutes qui peuvent surgir au sein d’une même famille sont très touchants. Beaucoup de questions, auxquelles l’auteure va apporter des réponses petit à petit, au compte-gouttes, comme le flux et le reflux de la marée. Car après tout, dans ces petits villages côtiers, tout le monde se connaît mais ne sait pas qui est réellement son voisin.

Brice Vauthier, de la librairie L'Étagère à Saint-Malo (Paramé)

Les derniers avis

3
Mer agitée.- Christine Desrousseaux Dans ce bout du monde balayé par les vents, la mer semble vengeresse : elle ne dorlote pas les corps, elle les pique et les transperce. Et quand vient l’hiver, elle mord et s’acharne. Pourtant Jean ignore les saisons et le froid ; chaque jour, tel un automate, il reprend le chemin de la plage et s’obstine à se fondre dans cette eau rugueuse. Pour quelle raison s’obstine-t-il ainsi à nager presque jusqu’à l’épuisement ? Léo, son petit-fils, naguère joyeux et complice lui est revenu, défiguré par la guerre, indocile, souvent mutique, inaccessible. Alors lorsqu’au village se succèdent soudain les agressions, les disparitions, Léo devient le coupable idéal ! Isolé dans sa détresse mais secrètement confiant, Jean ne craint pas d’affronter toutes les hostilités : la suspicion, l’acharnement des voisins, la violence de la mer, la rumeur, les aveux de Léo… Un roman grave et émouvant, servi par des mots justes, qui résonnent au cœur du lecteur.
3
Blogueur
Le roman de Christine Desrousseaux se déroule sous la forme d’un journal, celui de Jean. Il y raconte ses baignades, son quotidien avec Léo. Quotidien bientôt ravagé par le meurtre d’une jeune fille.. Pour les habitants du village, Léo sera bien sûr un suspect tout désigné, un monstre sanguinaire.
 
Ecrit à la première personne, à l’exception des incursions dans le passé qui permettent de démêler l’écheveau du présent, le roman offre une place de choix à la mer, personnage à part entière, qui vibre au diapason de ce que Jean vit et ressent : elle est calme ou tempête, elle est claire ou sombre, elle est celle qui lave et purifie. Elle est marée basse ou haute. Elle est rassurante ou effrayante.
 
« Mer agitée » évoque la réalité du stress post-traumatique dont souffrent de nombreux militaires à l’issue de leurs missions. La forme du récit lui donne un caractère intimiste, et plonge le lecteur au cœur de l’intrigue. Brillamment.
 
J’ai été séduite par cette histoire, par ces personnages dont je me suis sentie proche, car ils sont somme toute ordinaires. Je n’ai pu que ressentir une immense empathie vis-à-vis de ce grand-père et de son petit-fils, si proches dans leurs souffrances, dans leurs quêtes d’amour, dans leurs solitudes.