Vous êtes ici

Ne fais confiance à personne
512
Date de parution: 
05/09/2018
Langue: 
Français
EAN : 
9782253014447
Editeur d'origine: 
Sonatine

Ne fais confiance à personne

Fabrice Pointeau (Traducteur)

8,20€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

Jerry Grey, célèbre auteur de thrillers, ne sait plus très bien où il en est. À force d'inventer des meurtres plus ingénieux les uns que les autres, n'aurait-il pas fini par succomber à la tentation de passer à l'acte ? Dans la maison de santé où on le traite pour un Alzheimer précoce, Jerry se rend compte que la trame de son existence comporte quelques inquiétants trous noirs. Est-ce dans ses moments de lucidité ou dans ceux de démence qu'il est persuadé d'avoir commis des crimes ? Quand la police pressent que les intrigues de Jerry sont inspirées de faits réels, l'étau se resserre. Mais la vérité est tout autre, bien plus effroyable que ce que tous ont pu imaginer !

Une mécanique parfaite pour égarer le lecteur. Le Parisien magazine.

Traduit de l’anglais (Nouvelle-Zélande) par Fabrice Pointeau.

Les coups de coeur des libraires

Un one-shot très réussi, très noir et très drôle !

Jerry Grey est un personnage haut en couleur, atteint d'Alzheimer, il ne se souvient plus des meurtres dont on l'accuse. Ce nouveau Paul Cleave, qui tranche avec les 5 précédents, est un vrai bonheur : l'humour noir toujours très présent, des situations cauchemardesques et burlesques et une fin qui ravira ses lecteurs !

CAROLINE de FNAC Rosny 2

Difficile à oublier !

Atteint d'un Alzheimer précoce, un auteur de polar s'accuse de meurtres qu'il a inventé pour ses romans. Confus et désorienté, il va peu à peu découvrir qu'il est peut être responsable d'autres crimes. Un roman intense et passionnant avec un personnage qu'on n'oublie pas !

CEDRIC de FNAC Lille

Les derniers avis

3
Blogueur

NE FAIS CONFIANCE A PERSONNE est un thriller assez atypique ! Le personnage principal qui est narrateur par moment, par le biais de son "carnet de folie," est atteint de la maladie d'Alzheimer , en plus une forme particulière : précoce et particulièrement rapide.

Pour moi , ce livre se déroule en deux partie : une première avec l'annonce la maladie , les conséquences, le placement en maison de santé...avant même de parler de meurtres , cette partie est déjà extrêmement angoissante en soi et ça n'a rien à voir avec le thriller. Paul Cleave place son lecteur dans une position où son potentiel tueur est un mec bien qui souffre d'une maladie atroce...

Puis dans un second temps arrivent les premières morts, les premiers doutes, une temporalité un peu dure à suivre..cette deuxième partie est plus difficile à comprendre car le lecteur est sans cesse balloter entre les faits et les souvenirs ( vrais ou faux) d'une personne souffrant d'un trouble neurologique grave... bonjour le retournement de cerveau !! Cette partie aurait peut être méritée d'être un peu plus courte.

Je n'ai pas été surprise par le dénouement mais j'ai particulièrement apprécié la fin cohérente avec le reste de l'histoire.

BREF ...ce qui m'a le plus angoissé finalement dans cette histoire c'est l'entrée dans la pathologie de notre personnage principale avec les notes dans son "carnet de folie". Sur cette partie, Paul Cleave a vraiment su retranscrire l'horreur que vit Jerry et sa famille. Sur la partie thriller, je n'ai pas vraiment été surprise. Mais finalement , il nous offre une fin parfaitement cohérente entre ces deux parties et adaptée .

Jerry Grey, cinquantenaire, ancien auteur de thrillers à succès, est atteint de démence précoce. Il vit depuis un an en maison de santé, oscillant entre des moments de lucidité où il doit sans cesse réapprendre qui il est et ce qu’il fait ici, et des épisodes d’hallucination pendant lesquels il s’accuse régulièrement de meurtre commis il y a une trentaine d’année. Sa fille étant relativement peu présente (et pour cause !!!!), il est désormais seul, livré au personnel médical qui tente au mieux de gérer ses passages de grande confusion mentale.

Lorsque des meurtres sont perpétrés, coïncidant étrangement avec ses fuites de la maison de santé, la police ne tarde pas à s’intéresser à lui. Il n’a alors pas d’autre choix que de demander de l’aide à son vieil ami Hans, un gars peu recommandable mais d’une grande fidélité….

Mais lorsque vous-même vous ne savez plus qui vous êtes et que tout porte à croire que vous avez trempé dans ses différentes affaires de crimes, comment prouvez votre innocence ?

Paul Cleave réussit avec sa verve pleine d’humour à nous enfoncer dans un roman qui reprend une idée de base pas mal exploitée déjà mais les explore ici avec encore beaucoup d’originalité. A la maladie personnifiée qu’il dépeint avec un réalisme saisissant, il ajoute un soupçon de doublement de la personnalité, un carnet de bord écrit par lui-même à lui-même un an plus tôt (alors tout juste diagnostiqué), pas mal d’indices l’incriminant clairement mais une personnalité touchante que l’on a envie de croire innocente. Pas facile donc de se situer dans ce roman et malgré un scénario qui avance au début doucement (sans malgré tout donner au lecteur un sentiment de lenteur, grâce à la dimension comique, l’ironie tenace et le style mordant qui allègent l’histoire et surtout grâce à l’alternance du récit présent et le passé, via le journal de bord) je dois avouer que Ne fais confiance à personne m’a scotchée aussi bien aux pages qu’au personnage de Jerry. J’ai trouvé cette lecture vraiment exaltante.

Misant aussi bien sur le fond (avec l’avancée d’Alzheimer à vitesse grand V) que sur la forme (le travail stylistique accentue ici nettement la confusion), Paul Cleave donne au lecteur un sentiment troublant de malaise face à la maladie et d’inquiétude face à une éventuelle responsabilité du personnage dans cette série de crimes. Il y a un côté tragique à son histoire qui soulève encore un peu plus d’empathie chez le lecteur et un vif désir de découvrir le mot de la fin (dont j’ai fini par me douter sans pour autant gâcher mon plaisir de lecture).

Si vous ne connaissez pas encore Paul Cleave, il serait temps de découvrir cet auteur. Le ton de sa narration est différent de bien des auteurs de thrillers et le contraste entre la dimension comique et le côté sombre des scénarios est vraiment quelque chose d’appréciable. Ne fais confiance à personne est un roman qui vous laisse très longtemps dans le flou (ça peut déranger) mais l’auteur le fait avec maîtrise je trouve. On sent là toute la détresse et la tourmente de son personnage et c’est ce qui fait vraiment la force de ce nouveau thriller.

https://libre-r-et-associes-stephanieplaisirdelire.blog4ever.com/paul-cl...