Vous êtes ici

Orphelin des mots
288
Date de parution: 
23/08/2017
Langue: 
Français
EAN : 
9782253186045
Editeur d'origine: 
XO

Orphelin des mots

7,10€

Détails promotions contenus

Détails
Ne pas savoir lire, c'est comme ne pas pouvoir respirer. C'est se battre pour se frayer un chemin, ruser, contourner, encaisser. Une souffrance inimaginable.
Gérard a grandi en Bretagne, dans une famille d’accueil. Enfant, il est incapable de retenir une leçon et d’apprendre à lire. Tétanisé par la honte, il doit affronter les moqueries et les vexations. Adulte, sa vie devient un parcours du combattant, d’autant plus qu’à son handicap s’ajoute la peur d’être démasqué comme illettré.
À 35 ans, il ose se confier à son patron. Touché par la souffrance de cet homme, le chef d’entreprise lui offre la possibilité de prendre des cours. Plus qu’une libération, c’est une renaissance.
Pour la première fois, un livre raconte cette humiliation qui condamne, en France, près de 3 millions d'illettrés à vivre à l'écart de la société.
 
Une histoire lucide et pleine d’espoir.  Ouest France.

Les derniers avis

3
« C’était mon secret. Jusqu’à 35 ans je ne savais ni lire, ni écrire » Voilà un témoignage poignant de Gérard qui ne sait ni lire ni écrire. Il raconte les moqueries à l’école et ailleurs, le manque d’écoute, les brimades, les mises à l’écart. Il raconte aussi l’apprentissage, la mémorisation des cours, les moyens pour retenir les mots et les endroits où ils se trouvent. Le permis de conduire, les premiers boulots, sa détermination pour montrer que c’est un bosseur, qu’il faut lui donner sa chance et qu’il en veut plus que les autres. Une manière de compenser. Et puis il y a aussi les rencontres, l’attitude de certaines personnes qui changent quand il dit qu’il ne sait ni lire ni écrire : Il y a ceux qui vont l’écouter et l’aider et les autres. Un parcours semé d’embuches. Il parle de ce qu’on n’imagine pas. Ne pas savoir lire, ni écrire, ça veut dire ça veut dire ne plus retrouver son chemin, se perdre quand on est sur la route,. Ca veut dire aussi manquer de vocabulaire pour décrire ce qu’on ressent, tout simplement. J’ai beaucoup appris en lisant ce livre. Il y a de la souffrance dans cette histoire mais aussi de l’espoir. Je tire mon chapeau à Gérard Louviot qui s’est donné les moyens d’y arriver et à quel prix. Je le trouve aussi courageux d’avoir témoigner. Il va aider beaucoup de monde, plus qu’il ne l’imagine je pense : ceux qui ne savent ni lire, ni écrire, ceux qui enseignent, ceux qui rencontrent des gens comme lui. Je suis persuadée qu’avec un peu plus d’écoute et de compréhension Gérard n’aurait pas attendu tout ce temps pour y arriver. Il raconte son combat.