Vous êtes ici

Par amour
384
Date de parution: 
03/01/2018
Langue: 
Français
EAN : 
9782253071099
Editeur d'origine: 
JC Lattès

Par amour

7,60€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

Par amour, n’importe quel être humain peut se surpasser. On tient debout, pour l’autre plus encore que pour soi-même.
V. T. C.

Deux familles emportées dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale: d’un côté, Joffre et Émélie, concierges d’école durs au mal, patriotes, et leurs enfants ; de l’autre, le clan de Muguette, dont l’insouciance sera ternie par la misère et la maladie. Du Havre à l’Algérie où certains enfants seront évacués, cette fresque puissante met en scène des personnages dont les vies s’entremêlent à la grande Histoire, et nous rappelle qu’on ne sait jamais quelles forces guident les hommes dans l’adversité.
 
Un livre plein de grâce, un récit d’une force saisissante. Marine de Tilly, Le Point.

Un hymne à l’amour, qui redonne du sens à la vie et à nos vies. Gérard Collard, Le Magazine de la santé.

Un pouvoir émotionnel rare. Olivia de Lamberterie, Télématin.

 
 
 
 
 

Actualités

Cette année, près de 3000 lecteurs se sont inscrits dès l’automne 2017 pour devenir membres du jury du Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2018. Saluons l’arrivée de la catégorie Documents/essais en 2018 ! Les lecteurs français et étrangers francophones sélectionnés (130 en littérature...

Les coups de coeur des libraires

Un livre à la force tremblante et fiévreuse

MURIELLE GOBERT-BACHA, de la Librairie Passerelles, à Vienne (38), vous conseille : 

Juin 1940. La France des côtes normandes se retrouve jetée sur les routes de l’Exode pour échapper au pire. Deux sœurs, Muguette et Emeline, sont évacuées avec leurs enfants. Puis c’est l’armistice, le retour et l’occupation allemande. Les privations, les bombardements incessants, la haine qui monte et la honte de la défaite avec le retour des soldats vaincus. Comment fait-on pour affronter ce chaos, la peur, les privations ? Où puise-t-on la force de lutter pour sa survie et celle des siens, jour après jour, instant après instant ? Valérie Tong Cuong nous donne la réponse tout au long de Par amour, roman choral où les personnages prennent la parole à tour de rôle, éclairant chacun à leur façon ce sentiment puissant qui nous donne le courage de rester debout lorsque tout vacille. Un livre à la force tremblante et fiévreuse, toujours au bord de la chute et du désespoir, et dont la véracité nous emmène au plus intime de nos peurs et de nos ressources.

 

Les derniers avis

5

1940, la Seconde Guerre mondiale bat son plein, les hommes sont au front, les Allemands avancent, et, au Havre, les femmes et les enfants fuient avec quelques maigres possessions, à pied, en direction du Sud. Dans la pagaille, Emélie et Muguette, deux sœurs que tout oppose, déploient des trésors de bonne humeur et d’optimisme pour rassurer leurs enfants, Jean, Lucie, Joseph et Marline. C’est dans ces circonstances que nous faisons connaissance de ce petit clan Havrais, seulement au début de ses terribles aventures. Chaque membre témoigne tour à tour des atrocités dues à la guerre, les bombardements alliés, les restrictions, les morts en cascade, l’éloignement forcé des enfants. Courageusement, ils nous transportent jusqu’au bout de cette guerre terrible, jusqu’au bout de l’occupation, jusqu’à la libération du Havre, bien plus tardive que la libération de Paris, et bien moins joyeuse vu l’état dramatique de la ville.

Roman rare sur l’arrière, ces femmes et ces enfants eux aussi utilisés comme chair à canon et pourtant assez peu commémorés. Le Havre est en première ligne, tout au long de la Seconde Guerre Mondiale et plus encore pendant l’Occupation : proie facile des avions alliés qui cherchent à décimer les troupes allemandes réunissant leurs forces dans le port, la ville est mise à feu et à sang, les civils sacrifiés pour la victoire des alliés pendant cinq années interminables. Nos courageux personnages restent pourtant, certains par choix, d’autres par devoir, ils seront Havrais jusqu’au bout, malgré la peur et les conditions de vie désastreuses, malgré la perpétuelle menace de mort.

Hauts en couleur, complexes et droits, les personnages de ce récit nous font vibrer d’émotion sans discontinuer. La témérité de Jean, prêt à tout pour améliorer le quotidien de sa famille, la ténacité d’Emélie à protéger les siens, la candeur de Muguette cherchant à croire en de meilleurs lendemains, le sens du devoir de Joffre poussé à l’extrême, l’amour inconditionnel de Joseph pour sa mère, la honte de Lucie à vouloir vivre normalement, le déchirement de Marline caché et pourtant si visible. Même les quelques personnages croisés au hasard des pages éveillent en nous des sentiments forts, souvent contradictoires.

Rien n’est jamais ni blanc ni noir dans cette guerre où les Alliés assassinent des civils en masse tandis que les ennemis font évacuer les enfants pour les protéger. Loin d’encenser la victoire finale des Alliés comme beaucoup d’autres, loin de diaboliser les Allemands, Valérie Tong Cuong nous montre surtout l’absurdité de la guerre, le désastre d’un tel affrontement pour les peuples, la souffrance subie par des hommes et des femmes innocents. C’est l’incompréhension, la frustration, le sentiment d’injustice qui dominent ce récit, et nous ne pouvons qu’admirer les personnages pour leur fureur de vivre malgré les circonstances. Ils continuent à se battre et à aller de l’avant, même quand tout semble perdu, ce qui m’a fait monter de petites larmes aux yeux sur quelques passages particulièrement émouvants.

Par amour est un très beau récit qui mérite d’être lu, mais surtout un témoignage qui mérite d’être entendu et retenu par les générations futures. Malgré le côté prévisible et parfois presque miraculeux de l’intrigue, ce récit donne une image plutôt véridique et juste de la réalité vécue par la population du Havre pendant ces années d’enfer. Il se lit et se vit d’une traite, mettant sans peine le lecteur à la place de chacun des personnages au fil des chapitres qu’ils racontent chacun leur tour.

5

Le Havre, en pleine guerre mondiale, la seconde, celle qui anéantit la ville, ses habitants, celle qui les pousse à l'exode, à envoyer les enfants sur un autre continent pour les protéger, celle qui sème la confusion aussi dans les esprits : qui sont vraiment les ennemis ? Les Boches ou les anglais qui bombardent sans cesse et sans se soucier des cibles ? Un récit à plusieurs voix, celles des membres d'une famille, petits et grands qui nous racontent L Histoire et leur histoire.
C'est fou tout ce dont les hommes sont capables par amour. Par amour pour sa femme, son mari, ses enfants, ses convictions, sa patrie. C'est fou aussi cette folie destructrice dont on se demande quand elle prendra fin. En espérant qu'elle prenne fin.