Vous êtes ici

Toute la lumière que nous ne pouvons voir
704
Date de parution: 
28/09/2016
Langue: 
Français
EAN : 
9782253045281
Editeur d'origine: 
Albin Michel

Toute la lumière que nous ne pouvons voir

8,90€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Toute la lumière que nous ne pouvons voir possède la puissance et le souffle des chefs-d’œuvre. Magnifiquement écrit, captivant de bout en bout, il nous entraîne, du Paris de l'Occupation à l'effervescence de la Libération, dans le sillage de deux héros dont l'existence est bouleversée par la guerre : Marie-Laure, une jeune aveugle, réfugiée avec son père à Saint-Malo, et Werner, un orphelin, véritable génie des transmissions électromagnétiques, dont les talents sont exploités par la Wehrmacht pour briser la Résistance.
Cette fresque envoûtante, bien plus qu'un roman sur la guerre, est une réflexion profonde sur le destin et la condition humaine. La preuve que même les heures les plus sombres ne pourront jamais détruire la beauté du monde.
 
 
Un écrivain électrique qui défie les ténèbres, rallume la lumière avec les mots. Philippe Chevilley, Les Echos.
 
Un livre rare. Julien Bisson, Lire.
 
Un éblouissant tour de force. Alexandre Fillon, Livres hebdo.
 
PRIX PULITZER
Prix Pulitzer de Littérature
2015

Les coups de coeur des libraires

Coup de coeur de la librairie Le Grenier à Dinan (22)

"J’ai dévoré, avalé, englouti un roman : “Toute la lumière que nous ne pouvons voir” d’Anthony Doerr (Albin Michel). L’histoire commence entre l’Allemagne et la France, entre Paris et Saint-Malo, entre deux destinées : celle de Marie-Laure, jeune aveugle aux multiples tâches de rousseur et celle de Werner, petit orphelin aux cheveux déjà blancs comme neige. Avec une écriture vive et flamboyante, Doerr te prend par la main et te transporte au sein d’une épopée. Tu seras impressionné(e) par la ténacité et la rage de vivre de Marie-Laure, jeune fille lumineuse. Tu te surprendras à prendre sous ton aile Werner, génie rêveur passionné par les  transmissions électromagnétiques. Tu plongeras dans le dédale de la cité malouine, à la recherche d’un trésor, d’un souvenir ou d’un simple coquillage. Et tu seras au milieu du chaos, où nul ne peut échapper à son destin, ni à l’incroyable “hasard des choses”. “ Toute la lumière…” est un roman-fresque marqué d’une force émotionnelle exceptionnelle." - Fanny de la librairie Le Grenier à Dinan (22)

Les derniers avis

3
Un roman conseillé par monsieur Obama ! Allez testons-le ! Un texte empli de poésie, d'histoires de famille, d'amitié qui nous donne de l'espoir... Ne vous laissez pas rebuter par son nombre de pages, il en vaut la peine !
3
Prix Pulitzer 2015, Choix des Libraires 2017, une réputation de chef d'oeuvre, une grande fresque romanesque en territoire malouin, un titre plein de promesses, un bouche-à-oreille particulièrement élogieux... voilà moult raisons de m'embarquer dans cette lecture avec empressement ! Et il est vrai que le roman d'Anthony Doerr est une lecture plutôt agréable. La construction par courts chapitres qui alternent les époques autour du fil rouge que constitue la quête d'un diamant fabuleux et maléfique suscite constamment le désir d'en savoir plus et conduit à tourner les pages jusqu'au dénouement. L'ancrage historique et géographique est captivant en ce qu'il permet de mettre en scène des personnages complexes, égarés dans les convulsions de la seconde guerre mondiale. Le motif de la transmission est abordé par de multiples biais : des radios que Werner parvient à réparer à l'apprentissage de l'architecture d'un quartier par Marie-Laure grâce à une maquette construite par son père en passant par le conditionnement subi par les jeunes gens contraints d'adhérer aux jeunesses hitlériennes, tout semble se nouer à partir de l'idée de transmettre. Ce qui m'a déçue c'est que l'auteur ne fait finalement pas grand-chose de toutes ces élaborations narratives. Enfin si, il réussit à nous tenir en haleine par les intrigues imbriquées ! Mais je n'ai pas décelé une réelle profondeur derrière cette construction romanesque. Mon intérêt s'est arrêté à l'envie de connaître le dénouement et, une fois cela fait, il ne m'est pas resté grand chose de ma lecture... à part l'envie de retourner à Saint-Malo !