Vous êtes ici

Une journée dans la vie d'une femme souriante
352
Date de parution: 
09/03/2016
EAN : 
9782253087564

Une journée dans la vie d'une femme souriante

Claire Desserrey (Traducteur)

7,30€
6,99€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
« Certaines personnes ne peuvent monter dans un train sans s’imaginer qu’elles sont sur le point de pénétrer dans le grand inconnu… »
Ainsi commence l’une des treize nouvelles écrites entre 1967 et 2000, inédites en France, et qui composent ce recueil. Chaque texte, pur bijou de littérature, possède sa propre lumière grâce à l’évocation aiguisée des personnages et des lieux, une insatiable curiosité, une bouleversante intensité dans la narration. Des histoires émouvantes, spirituelles, provocantes, qui explorent les relations amoureuses et les obsessions privées en racontant la vie intense, singulière et intime des femmes.
 
Un recueil débordant d’une vie finement observée, et de l’empathie infinie de l’auteur pour les femmes ordinaires, qui s’avèrent tout sauf ordinaires. Joyce Carol Oates

Les derniers avis

3
Blogueur

Ecrire, ce n’est pas toujours raconter des aventures hors-normes, cela peut aussi servir à refléter l’esprit d’une époque, le quotidien d’une vie, et ce recueil en est un excellent exemple. Une dent cassée, le prix d’un apéritif au restaurant… : et si le talent, c’était de savoir raconter la vie dans ce qu’elle a de plus simple pour en faire des récits sensibles et touchants ?

J’ai préféré les premières nouvelles aux plus récentes, car elles retracent mieux à mon sens ces moments volés ; elles sont presque des arrêts sur image de scènes du quotidien. La puissance du livre est de retranscrire des moments ordinaires, que le lecteur peut lui-même avoir déjà vécus sans imaginer qu’ils pourraient inspirer un écrivain !

3
Blogueur

Les femmes dépeintes par la Britannique Margaret Drabble (née en 1939) sont plutôt ordinaires. Vaguement rêveuses, impressionnables parfois, elles se révèlent plus solides, ou brisées, au fil de ses nouvelles, écrites entre 1967 et 2000 et demeurées inédites en français. Les premières parmi ses héroïnes constatent avec un peu d'ennui qu'elles ont rêvé leurs vies, que le mariage n'est pas une fin en soi. Elles se débrouillent comme elles peuvent avec un amant oublieux, un mari violent, un enfant trop aimé. Puis elles vieillissent, appréhendent le quotidien avec moins de naïveté, mais en préservant un humour qui tient à distance les rides et les douleurs physiques. Grande romancière, Margaret Drabble sait concentrer dans ses textes courts ces instants de vie où tout est bouleversé. — Christine Ferniot