Vous êtes ici

Clochemerle
384
Date de parution: 
24/09/1974
EAN : 
9782253005636
Editeur d'origine: 
Presses Universitaires de France

Clochemerle

6,90€

Détails promotions contenus

Détails
Collection  

Tout a commencé quand Barthélemy Piéchut, maire de Clochemerle-en-Beaujolais, dévoila à Ernest Tafardel, l’instituteur, son projet : – Je veux faire construire un urinoir, Tafardel. – Un urinoir ? s’écria l’instituteur, tout saisi, tant la chose aussitôt lui parut d’importance. Le maire se méprit sur le sens de l’exclamation : – Enfin, dit-il, une pissotière ! Cette vespasienne, destinée, bien plus peut-être, à confondre Mme la baronne Alphonsine de Courtebiche, le curé Ponosse, le notaire Girodot et les suppôts de la réaction, qu’à procurer un grand soulagement à la gent virile de Clochemerle, sera édifiée tout près de l’église où Justine Putet, aride demoiselle, exerce une surveillance étroite… Dès sa publication en 1934, Clochemerle, chronique rabelaisienne, a connu un énorme succès qui ne s’est jamais démenti. C’est maintenant un classique de la littérature comique.

Les derniers avis

0
Blogueur

Beaujolais nouveau oblige, direction Clochemerle* !
Car on ne peut décemment pas vivre dans ou à proximité du Beaujolais et n'avoir jamais lu "Clochemerle" !
Voilà donc un petit bijou d'humour et d'irrévérence dont le succès ne s'est jamais démenti depuis 1934 : chronique rabelaisienne d'un petit village pétri d'habitudes et de cancans où s'affrontent les tenants de la tradition : le curé Ponosse, la baronne Alphonsine de Courtebiche, le notaire Girodot ou encore l'aride et acariâtre demoiselle Justine Putet ; et ceux qui ne jurent que par la république avec un grand R qui accompagne le progrès social, comme l'habile maire Bathélémy Piéchut ou Tarfadel, l'instituteur palot et insignifiant.
"Clochemerle" n'est pas sans faire penser à "Don Camillo", série de livres apparue un peu plus d'une décennie plus tard.
Alors quand le maire décide de faire installer près de l'église un urinoir, plus par volonté de contrarier les tenants de la réaction que pour soulager les vessies de ses administrés mâles fiers buveurs de Beaujolais, c'est presque une bataille rangée qui finit par éclater ! Du pharmacien aux vielles filles du villages, en passant par la belle aubergiste cocufiant allègrement son mari et sa rivale l'épicière, des jeunes hommes du village de retour de la Grande Guerre ou encore des vignerons, tout le monde a son avis sur la question et personne ne se prive de le donner. Au risque de se fâcher avec ses voisins et ses amis.
Sous la plume alerte, verte et riche de Gabriel Chevallier (1895 - 1969), "Clochemerle" reste un délice d'humour comique qui n'a pas pris une ride depuis sa première parution.
* Après les nombreuses revendications de la part de villages du Beaujolais prétendant avec servi de modèle au roman, Gabriel Chevallier a confirmé que c'est de Vaux-en-Beaujolais qui l'avait inspiré.