Vous êtes ici

Derniers adieux
504
Date de parution: 
02/10/2013
EAN : 
9782253175827
Editeur d'origine: 
Albin Michel

Derniers adieux

8,20€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

Est-ce parce qu'elle attend un enfant que Kimberly Quincy, agent du FBI, se sent particulièrement concernée par le récit incroyable et terrifiant d'une prostituée enceinte ? Depuis quelque temps, elles sont plusieurs à avoir disparu d'Atlanta sans explication, comme évaporées, et Kimberly est bien la seule à s'en préoccuper. Un serial killer s'attaquerait-il à ces filles vulnérables ? Aurait-il trouvé la clé du meurtre parfait ou s'agit-il de crimes imaginaires ? Sans le savoir, la jeune femme s'enfonce dans le piège tendu par un psychopathe. Comme pour sa mère et sa sœur, victimes autrefois d'un tueur en série, le temps des derniers adieux est peut-être arrivé pour Kimberly...

Un mélange de folie et d’ignominie qu’on dévore avec effroi. Nathalie Dupuis, Elle.

Les derniers avis

5

De la tension, anxiogène à souhait, des personnages attachants, un bon tueur en série psychopathe et une fin de roman qui monte crescendo à ne plus décrocher du roman. Tout ce que j’aime !

Des moments durs, des araignées, de la violence mais au-delà de cela il y a dans ce roman un gros suivi sur le tueur en série et ses victimes qu’ils tient sous sa coupe, comment survivent t’elles psychologiquement et jusqu’où peut aller le contrôle mais il est difficile d’en dire plus sans vous dévoiler le gros de l’histoire.

Le personnage principal de l’agent du FBI, Kimberly, c’est du pur délice, elle est enceinte (et pas qu’un peu) et pourtant cette affaire, elle la mènera jusqu’au bout et pourtant cette enquête va remettre en question sa future vie de maman, j’ai beaucoup aimé cet aspect car trop souvent les personnages principaux n’ont pas ce questionnement.

Bon je ne vous dis pas l’état de mes ongles après la lecture effrayante des dernières pages … Foncez !

3
Je n'ai pas pu lâcher ce livre et l'ai lu quasi d'une traite. Nous sommes dans la vraie littérature et le réduire à un polar serait désobligeant. Mais bon faut bien le rentrer dans une case "marketing"....

Liés