Vous êtes ici

Et Nietzsche a pleuré
512
Date de parution: 
31/03/2010
EAN : 
9782253129455
Editeur d'origine: 
Le Livre de Poche

Et Nietzsche a pleuré

Clément Baude (Traducteur)

8,30€
7,49€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

Les coups de coeur des libraires

L'avis de Marie-Rose Guarniéri de la librairie des Abbesses (Paris)

Un magnifique roman haletant, très simple d'accès.

http://pagesperso-orange.fr/librairiedesabbesses/

D'autres coups de coeur libraires, en vidéos ? cliquez ici !

 

Les derniers avis

3
Les débuts de la psychanalyse romancé par Irvin Yalom donne au roman une impression de réalité. Appuyé sur des faits réels, le roman parait vrai. J'ai eu l'impression de lire une retranscription, qui aurait pu exister, puisqu'il n'y a rien d'abracadabrantesque. On y croit, et cela nous amène à une réflexion sur nous même et notre propre existence.
3
Blogueur
Nous voici à Vienne en automne 1882, à l’aube de la psychanalyse. Ceci est une fiction, mais dont les personnages ont existé : la jeune et fatale Lou Salomé force la main du Dr Josef Breuer, éminent médecin, pour qu’il s’occupe du « cas » de Friedrich Nietzsche. Celui-ci a une santé fragile, pour ne pas dire précaire, tant physiquement que mentalement, et, ce qui complique les choses, un caractère qu’on qualifierait aujourd’hui d’imbuvable. Son état inquiète son entourage, qui met secrètement au point un stratagème consistant à amener Nietzsche à consulter le Dr Breuer de sa propre initiative. La partie d’échecs mentale peut alors commencer entre ces deux esprits brillants, Breuer feignant le désespoir pour amener Nietzsche à se confier, mais se prenant à son propre jeu. On observe l’un mettant en place « in vivo » les bases de la « cure par la parole », l’autre testant les prémices de sa pensée philosophique. Qui manipule qui, qui est le cobaye ? Lequel guérira l’autre ? A la recherche d’un roman dont le nom de l’auteur commencerait par Y (pour le Challenge ABC de Babelio), voilà que je tombe à la librairie sur les livres de I. Yalom. Au hasard, je choisis Et Nietzsche a pleuré. Je l’ai entamé avec un peu d’appréhension, craignant que les considérations sur la philo et la psychanalyse ne soient trop ésotériques pour la commune mortelle que je suis. Fi donc de ces alarmes inutiles ! A mon grand étonnement, ces pages se sont révélées tout à fait lisibles, et même réellement captivantes. Ce n’est sans doute pas idéal pour une lecture de plage ou de métro (surtout si dans votre wagon se trouve un groupe de scouts en partance pour le camp ou un violoneux écorchant « La chanson de Lara »), mais l’analyse et les descriptions psychologiques sont fines et intelligentes (le contraire serait un comble, l’auteur étant psychiatre). Ce livre m’a interpellée à plusieurs reprises (cf les citations que j’en ai extraites), d’autant plus que je suis en pleine phase de réorientation professionnelle. Il m’a renvoyé sa question centrale, celle du libre choix de sa propre vie. Il m’a permis aussi d’aborder la pensée de Nietzsche d’une façon non rébarbative, d’explorer le fonctionnement tortueux du mental. Au final, c’est drôlement intéressant (même si l’humour n’est pas si présent que ça), au point de me donner envie de lire d’autres livres de Yalom. C’est une lecture largement abordable, sauf si les mots « philosophie » ou « psychanalyse » provoquent chez vous larmes et hystérie…

Liés