Vous êtes ici

Joyland
408
Date de parution: 
10/02/2016
EAN : 
9782253183969
Editeur d'origine: 
Albin Michel

Joyland

7,90€

Détails promotions contenus

Détails
Les clowns vous ont toujours fait un peu peur ?
L’atmosphère des fêtes foraines vous angoisse ?
Alors, un petit conseil : ne vous aventurez pas sur une grande roue un soir d’orage…
 
 
Joyland permet à Stephen King, outre une délectable virée dans le monde forain, de méditer sur les pratiques perverses des montreurs d’ombres, et de nous souffler à l’oreille que le contraire du paradis n’est pas l’enfer, mais un éden loti, tarifé, et rentable. François Angelier, Le Monde des livres.


 

Les coups de coeur des libraires

Beau roman à l'humour noir

Retrouvez l'avis de Françoise de la Maison de la Presse de la Palmyre, rencontrée lors de la tournée du Camion qui Livre2017, à propos de Joyland  de Stephen King :

Beau roman à l'humour noir sur l'apprentissage de la vie.
Devin, jeune homme amoureux déçu, nous promène le temps d'un « job » d'été dans une délectable virée parmi le monde forain d'un petit parc d'attraction, d'une station balnéaire du Caroline du Nord.
La grande roue, les baraques de tirs, la diseuse de bonne aventure...rien ne manque !
Devin, le temps d'un été, arrivera-t-il  à percer le mystère du fantôme de la maison des horreurs ?
Une jeune fille y a été assassinée, et son crime impunie perturbe notre héros.
 

 

Les derniers avis

5
Blogueur

J’ai beaucoup de livres de Stephen King, j’en ai lu assez peu et pourtant c’est un des auteurs que j’adore. Je n’ai jamais été déçue, par aucune de ses œuvres. Joyland, c’est le premier de ses romans que j’ai lu, avant ça je me concentrais surtout sur les nouvelles – que j’adore, soit dit en passant.
Certes il y a une histoire de fantôme et d’ancien meurtre, le ton est noir et peu joyeux mais pour moi, il ne s’agit pas d’un roman d’horreur. Plutôt du vécu d’un jeune homme triste et mal dans sa peau qui s’intéresse à une vieille enquête sur un meurtre s’étant déroulé sur son lieu de travail saisonnier des années plus tôt.
Le récit est très fluide, il y a beaucoup d’aller retour entre sa saison au parc et l’année scolaire qui l’a précédée dans l’université du New Hampshire. On apprends donc au fur et à mesure ce qui l’a conduit à passer l’été près d’une station balnéaire ce permet de garder une sorte d’intrigue de fond tout le long du roman. Le ton plutôt sombre m’a rendue un peu mélancolique en lisant mais toujours avec ce petit sentiment que tout ira bien, une sorte de lueur d’espoir qui grandit au fur et à mesure.

5
Blogueur

J’ai pris un réel plaisir à le lire, un roman plein de tendresse, doux, un peu de tristesse mais qui reste tout de même sombre DU STEPHEN KING !!
De même l’écriture est envoutante, j’ai adoré le vocabulaire utilisé par l’auteur « la Parlure » un langage unique magnifique que seuls les forains de chez forains connaissent

Pour finir Joyland est un bijou une pépite, le maître de l’horreur a su me charmer comme à chaque fois !!!!!

Liés