Vous êtes ici

La Liste de mes envies
192
Date de parution: 
29/05/2013
EAN : 
9782253168539
Editeur d'origine: 
JC Lattès

La Liste de mes envies

6,90€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Les femmes pressentent toujours ces choses-là. Lorsque Jocelyne Guerbette, mercière à Arras, découvre qu’elle peut désormais s’offrir tout ce qu’elle veut, elle se pose la question : n’y a-t-il pas beaucoup plus à perdre ? Grégoire Delacourt déroule ici une histoire forte d’amour et de hasard. Une histoire lumineuse aussi, qui nous invite à revisiter la liste de nos envies. Bientôt au cinéma, La Liste de mes envies a connu un succès international.
 
Au jeu des sept familles d’écrivains, Grégoire Delacourt appartiendrait à la tribu de David Foenkinos et d’Anna Gavalda, ces plumes gracieuses qui savent donner des ailes à des âmes en peine et conter des destins cabossés avec tendresse et bienveillance. Olivia de Lamberterie, Elle.
L’écriture de Grégoire Delacourt nous accompagne très vite, nous envahit comme la conversation passionnée d’un ami qu’on redécouvre après des années. La Voix du Nord.
"La Liste de mes envies" de Didier Le Pêcheur avec Mathilde Seigner, Marc Lavoine
2014

Les derniers avis

3

Grégoire Delacourt décrit la vie d’une personne lambda qui gagne au loto et qui garde la tête froide malgré cela. Jocelyne ne tombe pas dans les travers et cet argent ne lui monte pas à la tête. Je reste, cependant, un peu déçue. Je ne sais pas exactement à quoi m’attendre mais le tel engouement qu’il y a eu autour de ce livre me faisait miroiter quelque chose d’autre. Il est pourtant intéressant de le lire pour se mettre à la place de l’héroïne et s’interroger sur la liste de nos envies !

3
Un livre vrai avec des personnages de tous les jours, une vie brisée par la chance, le vrai visage de ceux que l'on aime, les aléas de la vie. Un style plein de sentiments, de tristesse et de rebonds, de leçons de vie. Le premier livre que j'ai lu de Delacourt et qui reste mon préféré, celui qui m'a fait pleurer lorsque Jocelyne évoque le fait que l'argent ne lui ramènera jamais sa mère. Tellement vrai.