Vous êtes ici

nouveauté
La Mélancolie du kangourou
384
Date de parution: 
24/04/2019
EAN : 
9782253259619
Editeur d'origine: 
Michel Lafon

La Mélancolie du kangourou

7,90€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
« La nuit n’est jamais complète
Il y a toujours puisque je le dis
Puisque je l’affirme
Au bout du chagrin une fenêtre ouverte
Une fenêtre éclairée. » (Paul Éluard)

La naissance de Lou aurait pu être pour Antoine le plus beau moment de son existence. Mais la mort de Raphaëlle, son épouse qu’il aimait au-delà de tout, l’a brisé, et il a du mal à créer un lien avec son bébé. Jusqu’à ce qu’il embauche Rose, une pétillante jeune femme à l’irrépressible joie de vivre, pour s’occuper du nourrisson. Parviendra-t-elle à aider Antoine à se révéler comme père et à se reconstruire ?

Après le succès de La Delicatesse du homard, Laure Manel nous offre, sous une plume tout en finesse et pleine de sensibilité, un roman poignant et lumineux.

Les lecteurs ont aimé :
Un merveilleux voyage humain. (Guillemette)
Venez donc rencontrer Rose et Antoine. Ils vous accompagneront avec bonheur.(Florence)
Un livre doux et plein de vérités. (Sand)
Un hymne à la vie. Une bouffée d’oxygène. (JB)

Les coups de coeur des libraires

Un petit bijou !

Antoine vit avec Raphaëlle, ils vont avoir un bébé. À l'accouchement une seule personne survit, une jolie petite fille, Lou. Antoine est anéanti par la perte de sa femme. Il ne peut pas s'occuper de sa fille. Il va faire appel à une jeune femme. Rose.

Comment vivre après un drame ? Roman sur la résilience que j'ai adoré.

Sandrine - FNAC Grenoble - Grand Place

Les derniers avis

4
Blogueur

Quand j’ai commencé ce roman je n’avais que le titre en tête et l’idée d’une histoire de femme (vu la couverture). Dès le premier chapitre j’ai percuté que ça ne serait pas ça, pas du tout, que ça serait très dur et très triste. D’autant plus triste que je suis jeune maman, mes hormones en pleine ébullition ont ajouté une profondeur énorme à mon ressenti.

J’ai trouvé l’histoire horrible et j’ai fait beaucoup de transfert, plusieurs fois été obligée de reposer le livre parce que le « et si c’était nous? » me trottait trop en tête.

Mais la plume de l’auteure, sa façon d’aborder les choses avec ce qu’il faut de distance pour émouvoir sans en faire trop, exposer avec un regard d’observateur sans être froide m’ont conquise et ont transformé cette dure lecture en beau moment de résilience.
Beaucoup de délicatesse et de larmes plus tard, j’ai pris du temps pour réfléchir à ce que ce livre avait remué en moi... Je peux donc en conclure que nous sommes face au genre de roman dont l’intrigue fait se hérisser les poils, voir fait horreur, mais dont la plume et l’abord de l’auteur fait tout le charme!

Même si ce livre m’a remuée et ballottée comme un galet est malmené par les vagues, même si j’en suis ressortie lessivée émotionnellement comme une vieille chaussette oubliée au fond du sèche-linge j’en redemande et j’ai acheté dans la foulée son autre roman La délicatesse du homard!

5
Blogueur

Me voila donc plongée, dès les premières pages de ce roman, dans une profonde tristesse... On retrouve de suite la plume de l'auteure, celle qui m'avait transportée aux côtés de François et Elsa dans la Délicatesse du homard. Antoine est à l'aube d'une toute nouvelle vie. Alors que tout laisse à penser qu'elle sera douce auprès de sa femme et de sa future fille, un drame impensable se joue à la maternité : Raphaëlle meurt subitement, en donnant naissance à la petite Lou. Toute la famille est dévastée, Antoine anéanti. Impossible pour lui de créer un lien avec son enfant, la petite sera choyée par les sages femmes, puis par la mère du jeune père dans les premières semaines de sa vie. Antoine en veut à Lou, celle qui d'après lui, lui à enlever sa femme. Il ne veut pas l'approcher, encore moins s'en occuper : sa mère est là pour ça, venue s'installer chez lui temporairement. N'ayant plus gout à rien, il décide de reprendre le travail, pour occuper son esprit, et se met en quête d'une nounou pour Lou. Il rencontre Rose, elle est jeune et très disponible : une priorité pour ce contrat quelque peu particulier, Antoine l’embauche. Rose intègre donc ce cercle familial brisé, et s'attache immédiatement à la petite fille dont elle s'occupe jours... et bientôt nuits.

Cette histoire, c'est avant tout celle d'une reconstruction. Celle d'un homme ampli de colère, qui rejette toute forme d'amour, et qui s'attache désespérément au souvenir de sa défunte épouse. Le lecteur suit également l'histoire de la construction de la vie de Rose, des choix d'adulte qu'elle prendra, de la bonté qui émane de toute sa personne.

J'ai apprécié tous les personnes, qu'ils soient principaux ou secondaires. Rose est une jeune fille mature pour son âge, on sent qu'elle à vécu quelque chose de fort dans sa vie, qui l'a marqué pour toujours et qu'elle profite de chaque instant. Elle n'essaie pas de s'imposer dans cette famille bancale, ni de prendre le rôle de la mère de Lou. Elle est d'une patience à toute épreuve, et considère que son rôle auprès d'Antoine est capital : cette mission sera sans doute la plus belle de toute sa vie, mais ça elle ne le sait pas encore... Antoine est également très attachant, j'ai eu mal avec lui, et j'ai souvent eu les larmes aux yeux lorsqu'il parvient à franchir des petites étapes de sa difficile reconstruction. Il avance, il tombe parfois, mais se relève souvent grâce à Rose. Laure Manel parvient à retranscrire avec justesse les émotions de ses personnages, c'est une écriture fine, aérienne et extrêmement touchante.