Vous êtes ici

La Piscine-bibliothèque
576
Date de parution: 
02/03/2016
EAN : 
9782253067894
Editeur d'origine: 
Albin Michel

La Piscine-bibliothèque

8,60€

Détails promotions contenus

Détails
Collection  
Londres, années 1980. William Beckwith est un jeune dandy extraverti, vivant librement son homosexualité. Autour de la piscine du Corinthian, lieu de drague et de sexe, fréquentations et liaisons amoureuses se multiplient. Un jour, William rencontre lord Nantwich, un homme âgé, puissant et conservateur, qui lui demande d’écrire sa biographie.
Premier roman d’Alan Hollinghurst, paru en 1988 en Angleterre, La Piscine-Bibliothèque dessine le portrait brillant d’une époque, celle de l’apogée d’une sexualité débridée, avant que le sida frappe la communauté homosexuelle. Cette œuvre majeure reparaît dans une nouvelle traduction, établie en collaboration avec l’auteur, qui a depuis signé La Ligne de beauté  et L’Enfant de l’étranger. Il est considéré comme l’un des plus grands romanciers anglais contemporains.
 
Hollinghurst est un esthète, tout est très élégant. Libération.

Flamboyant et subtil. Figaro Madame. 

Les derniers avis

3
Blogueur

Roman ample et intelligent, précis, violemment impudique et iconoclaste, savoureux et vrai, "La piscine-bibliothèque" porte témoignage de ce que les bibliothèques ne gardent pas : le plaisir que de tous temps les hommes ont pris entre eux. A la fin du livre surgit la loi. James, comme Charles un demi-siècle plus tôt, est victime de la répression. Images noires prémonitoires d'un autre drame. Mais l'amour entre hommes renaît toujours, nous dit cet hymne superbe à un paradis sans cesse retrouvé.

3
Blogueur

Londres, début des années 1980. Au Corinthian Club, dans la pénombre d'une piscine souterraine, les hommes s'abandonnent aux mouvements de l'eau, sculptent incessamment leur corps, se frôlent, s'effleurent, s'observent. Certains sont juste de passage, d'autres de vieux habitués des lieux, plus ou moins vieux, plus ou moins désirables.
Will Beckswith, jeune héritier charmant, très occupé à ne rien faire de sa vie et à collectionner les conquêtes faciles, y rencontre un vieux lord un peu absent, qui, pour des raisons mystérieuses, le met au défi d'écrire un livre sur sa vie, finissante mais bien remplie. Pas vraiment emballé, curieux malgré tout, Will se retrouve alors à la tête d'un vaste corpus de journaux intimes et, de lectures en rencontres, finira par découvrir quelques petites choses étonnantes, susceptibles de bouleverser sa vision jusqu'alors très insouciante de l'existence.
La Piscine-Bibliothèque dessine un double portrait, comme en miroir. Celui d'un monde que le lecteur sait à deux doigts de disparaître, le Londres gay d'avant le sida, alors que la révolution des moeurs offre, en apparence du moins, une absolue liberté. Celui d'un homme un peu trop gâté par l'existence, sur le point de perdre une forme d'innocence dans la découverte des dessous cruels de son petit monde doré. La vie de l'un peuple l'autre d'un défilé de personnages hauts en couleurs, intrigants, attachants, attirants ou malsains, et tous deux sont également hédonistes, insouciants, séduisants - et au fond menacés.

Tout cela est merveilleusement écrit, avec un talent particulier pour poser des ambiances captivantes ou bousculer le banal d'un trait de nonsense aussi subtil que drôle. Si le sexe est omniprésent, et sous des formes souvent très crues, il l'est sans vulgarité, l'auteur possédant ce don - assez rare et que j'apprécie d'autant mieux - pour conférer une beauté en clair-obscur, solaire, puissante, brutale, sensuelle, à ce qui sous une autre plume pourrait facilement sembler sordide.
Grand coup de coeur, en somme, que ce roman.