Vous êtes ici

Le tout dernier été
144
Date de parution: 
29/08/2018
EAN : 
9782253091783
Editeur d'origine: 
Fayard

Le tout dernier été

5,70€

Détails promotions contenus

Détails

« Je viens de rencontrer mes passeurs. Ces hommes qui font désormais partie de ma vie puisqu'ils vont m'aider à la quitter. Je les ai sentis rigoureux, exigeants, prudents. Et engagés à me tendre doucement la main. Une autre médecine qui, quand elle ne peut plus soigner le corps, se décide à soigner l'âme. »

Anne Bert a refusé de subir jusqu'au bout les tortures que lui infligeait la maladie de Charcot. Son ultime liberté fut de choisir sa mort. C'est ce cheminement qu'elle nous raconte ici. Celui aussi de devoir se rendre en Belgique pour être autorisée à abréger ses souffrances, car la loi française l’interdit.

Il lui faut découvrir le goût des dernières fois, du détachement et des renoncements, dire au revoir à ses proches, en faisant le pari de la joie malgré le chagrin.

Une femme lumineuse et déterminée dont le combat se poursuit à titre posthume. Lire.

Un livre poignant, un antidote à la complainte. Femme actuelle.

Délicat et digne. Elle.

Les coups de coeur des libraires

Véritable hymne à la vie

Un superbe récit qui dit l’amour infini d’une femme pour la vie et son dernier combat pour mourir dans la dignité en dénonçant une loi incomplète due à des préjugés et des peurs.

Dans ce récit intime, véritable hymne à la vie, Anne Bert se confie et témoigne de l’épreuve de la douleur. Anne Bert souffrait de la maladie de Charcot, une maladie dégénérative incurable. Plaidoyer pour le droit à mourir dans la dignité, Le Tout Dernier Été est un appel aux pouvoirs publics pour tenter de faire évoluer les mentalités et la législation française qui permet la sédation complète dans un cadre restreint mais qui n’autorise pas l’euthanasie. Anne Bert le savait, son livre paraîtrait après sa mort. Ce texte est un chant, celui d’une femme passionnée mais qui se sait à la merci d’un corps qui l’abandonne. Cette maladie qui l’emmure vivante, qui la rend de plus en plus dépendante, « à la merci des autres », jusqu’au dénouement final, implacable. Il lui reste un dernier droit, celui de choisir sa mort. Elle s’installe en Belgique, pour pouvoir être accompagnée avant de mourir dans la douceur d’une main tendue. Dans ces circonstances douloureuses, demeure la foi d’une femme qui sourit devant les siens, les prépare en douceur pour ce dernier voyage. Réflexion essentielle sur le droit à mourir dans la dignité, Le Tout Dernier Été est un chant lumineux d’une femme qui a voulu mourir comme elle a vécu : libre.

LINDA POMMEREUL, Librairie Doucet, Le Mans

Un adieu poignant

Anne Bert aime trop la vie pour se laisser mourir, assassinée par une maladie foudroyante qu'est Charcot. Dans ce récit émouvant, elle fait part de ses convictions, ses choix et son parcours suite à l'annonce de la maladie.

Camille de FNAC Reims Thillois