Vous êtes ici

Foyer Sainte-Lucie pour jeunes filles élevées par les loups
288
Date de parution: 
04/11/2015
EAN : 
9782253087076
Editeur d'origine: 
Albin Michel

Foyer Sainte-Lucie pour jeunes filles élevées par les loups

6,90€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
Qu’est-ce que grandir et devenir adulte ? Ces dix nouvelles aux allures de contes fantastiques explorent la question. Parmi les héros : des jeunes filles élevées par des loups-garous (et rééduquées par des religieuses), un astronome amateur qui étudie la délinquance estivale, deux gamins à la recherche du fantôme de leur sœur…
Comme un défi au renoncement, la plume virevoltante de Karen Russell exalte la part d’animalité, d’innocence et de folie qui fut, ou demeure, en chacun de nous. L’auteur de Swamplandia, finaliste du prix Pulitzer, a su créer un univers singulier, où l’on croise des enfants terribles et des monstres tendres. Un imaginaire comparable à celui de Lewis Carroll et de Stephen King.
 
Un nouveau chef-d’œuvre de songes ubuesques, de crapahutages dans le cosmos et de monstres mythologiques.
Emily Barnett, Les Inrockuptibles.

Les derniers avis

3

En fait j'avais adoré le titre du livre, drôle, un peu bizarre et intriguant. Et bien ce recueil de nouvelles répond exactement au titre. On sort de chaque histoire un peu étourdi et quelquefois mal à l'aise. Karen Russell (avec 2 L!!) nous emmène loin, très loin, et à chaque point final, l'atterrissage est difficile.
J'aime. 

3

Une écriture en devenir. L’univers de Karen Russell est riche et fantasmagorique et tout à la fois glauque et sinistre…
Ses premières nouvelles dans ce recueil m’ont semblé sans queue ni tête, des descriptions d’univers parallèles qui ne semblaient pas conter de récits..

Les deux derniers récits du recueil ont cependant sauvé la mise avec un début et une fin, une chronologie et nous histoire à conter…

Et surtout le dernier récit « Foyer Sainte-Lucie pour jeunes filles élevées par les loups » me semble dénoncer les pensionnats d’acculturation où furent emmenés de force les jeunes amérindiens… considérés comme des sauvages.

Je pense me laisser tenter à nouveau par cette auteur dont l’humour cynique rivalise avec l’imagination.