Vous êtes ici

Les Mots qu'on ne me dit pas
160
Date de parution: 
30/09/2015
EAN : 
9782253017493
Editeur d'origine: 
Stock

Les Mots qu'on ne me dit pas

6,90€

Détails promotions contenus

Détails

« Salut, bande d'enculés ! » C'est comme ça que je salue mes parents quand je rentre à la maison. Mes copains me croient jamais quand je leur dis qu'ils sont sourds. Je vais leur prouver que je dis vrai. « Salut, bande d'enculés ! » Et ma mère vient m'embrasser tendrement. V. P.

Sans tabou, avec un humour corrosif, l’auteur raconte. Ses parents, sourds-muets. L'oncle Guy, sourd lui aussi, comme un pot. Le quotidien. Les sorties. Les vacances. Le sexe. D'un écartèlement entre deux mondes, elle fait une richesse. De ce qui aurait pu être un drame, une comédie. D'une famille différente, un livre, pas comme les autres.

Un récit autobiographique vif, piquant, mordant, tendre, tout sauf larmoyant. Un joli livre qui sonne juste. Astrid de Larminat, Le Figaro littéraire.

Véronique Poulain nous amuse et nous émeut tout à la fois. Aussi instructif qu’original. Marianne Payot, L’Express.

Les coups de coeur des libraires

Le Choix d'Isabelle Theillet, Librairie Mots & Motions, Saint-Mandé

Avec ce récit plein de bonne humeur et de sincérité, Véronique Poulain nous fait partager son quotidien de fille de parents sourds-muets. À travers diverses saynètes qui vont de l’enfance jusqu’à l’âge adulte, elle évoque les spécificités des personnes souffrant de ce handicap. On apprend ainsi que les sourds-muets sont des gens très bruyants, aussi bien lorsqu’ils mangent que lorsqu’ils expriment des émotions, ou lors de leurs ébats amoureux. Même si elle raconte des anecdotes qui sont parfois à mourir de rire, on comprend, en creux, qu’il n’a pas toujours été simple d’avoir des parents différents. C’est probablement ce qui fait aussi sa richesse aujourd’hui, une façon de leur dire qu’elle les aime, même si son père avoue qu’il aurait préféré… un enfant sourd-muet ! La fin de son texte aborde l’apport révolutionnaire qu’a été la langue des signes. Souhaitons qu’elle approfondisse dans un prochain texte cet aspect des choses et prolonge cette expérience de vie avec ses lecteurs.