Vous êtes ici

L'Oracle della Luna
736
Date de parution: 
07/05/2008
EAN : 
9782253123040
Editeur d'origine: 
Albin Michel

L'Oracle della Luna

8,90€

Détails promotions contenus

Détails

Qui est Luna, la belle sorcière aux cheveux de feu ? Quelle malédiction frappe le blessé retrouvé dans sa cabane des Abruzzes ? Qui sont les hommes masqués de noir acharnés à sa perte ? Quelles paroles terribles dissimule ce mystérieux parchemin qui ne doit surtout pas arriver jusqu'aux mains du pape ? Au cour d'un XVIe siècle hanté par les querelles religieuses et philosophiques, le nouveau thriller historique de Frédéric Lenoir nous entraîne des palais aux prisons de Venise, du Mont Athos au bagne des corsaires d'Alger, de Jérusalem au ghetto de Chypre. Un grand roman d'amour et d'aventures où passion, mort, mystique chrétienne et soufie, astrologie et kabbale rythment la quête initiatique de Giovanni, le jeune paysan qui avait osé lever les yeux sur la fille des Doges.

Les coups de coeur des libraires

L'avis du libraire

Thriller historique, conte humaniste et polar palpitant : un roman initiatique rare !

D'autres coups de coeur libraires, en vidéos ? cliquez ici !

Les derniers avis

3
Blogueur
Autant le dire tout de suite, je n’aurais sans doute jamais acheté ce roman, ce n’est pas vraiment mon style. Mais bon, je l’ai reçu, donc je l’ai lu, mais j’avais un apriori peu favorable avant de le commencer. Je dois bien admettre que l’histoire est captivante la plupart du temps, et que j’ai eu envie, presque malgré moi, d’en connaître la fin. Captivante, certes, mais pas non plus au point de me priver d’heures de sommeil pour lire la suite. En effet, le style est fluide, facile à lire, mais on est loin d’atteindre des sommets de littérature. J’ai trouvé que le récit et les dialogues sont souvent naïfs, presque mièvres, limite eau-de-rose (surtout quand l’auteur décrit les sentiments amoureux). Les péripéties et les personnages sont pour la plupart improbables et hors du commun (au sens de « commun des mortels ». On peut objecter que si les personnages et l’histoire étaient banals, ça ne vaudrait pas la peine d’en faire un roman…objection peu convaincante à mon sens…). Les dangers que Giovanni affronte sont extrêmes, les joies et le peines qu’il vit sont intenses, on n’est pas là pour faire dans la demi-mesure. De même, les « gentils » sont beaux, cultivés, généreux, pleins de sagesse et d’attention, presque trop parfaits, les « méchants » sont cruels et machiavéliques. Bref, tout ça me semble excessif (je suis peut-être trop raisonnable ) Heureusement, l’auteur temporise le rythme du récit par des digressions opportunes et intelligentes sur l’histoire, les religions, l’astronomie, la philosophie… C’est là qu’on voit qu’il est historien des religions et philosophe, avant d’être romancier. Et, ce qui ne gâche rien, il est bon pédagogue : ces parenthèses dans les divers domaines précités sont de beaux exemples de vulgarisation, qui apprennent des choses au lecteur.

Liés