Vous êtes ici

Le jour où les skateboards seront gratuits
336
Date de parution: 
22/04/2015
EAN : 
9782253194378
Editeur d'origine: 
Calmann-Lévy

Le jour où les skateboards seront gratuits

6,90€

Détails promotions contenus

Détails
Collection  

Saïd est le fils de Mahmoud, Iranien exilé à New York, et de Martha, juive américaine, tous deux communistes fervents et membres zélés du Parti socialiste des travailleurs. Alors que Saïd n’a que neuf mois, Mahmoud quitte sa famille pour Téhéran, où le Shah vient d’être renversé. Martha, fidèle à ses idéaux, rejoint les quartiers populaires. Le petit Saïd sera ainsi brinquebalé, et élevé au gré d'interdits absurdes : interdiction de manger du raisin à cause du boycott du syndicat des ouvriers agricoles, interdiction de posséder un skateboard tant qu'ils ne seront pas gratuits pour tous, etc. Et bien sûr, tout le temps libre sera passé à militer. Un récit autobiographique touchant, où tout est vu à travers les yeux malicieux d’un enfant qui, même privé d’insouciance, continue de voir le côté cocasse des choses.

Déprimant ? Pas le moins du monde, car Saïd Sayrafiezadeh raconte tout cela avec une drôlerie désespérée. Philippe Trétiack, Elle.

Les coups de coeur des libraires

Coline Meurot de la librairie MAJUSCULE LA ROSE DES VENTS à ARMENTIÈRES

"Un nom imprononçable, des interdictions absurdes au nom de la révolution, des appartements dans des immeubles sordides : voici le récit cocasse d'une enfance à la marge [...] «Le jour où les skateboards seront gratuits» est le récit touchant et plein d'humour d'une enfance à la marge : un petit garçon qui grandit au fil des manifestations contre l'impérialisme occidental et des boycotts imposés par le parti ; qui a une photo de Fidel Castro accrochée au dessus de son lit et qui se tait quand il entend les autres enfants fustiger les communistes."

Les derniers avis

"Chroniques disparates, souvenirs épars, espoirs et désillusions, idéaux et convictions, l’auteur livre un roman qui fait sourire mais aussi réfléchir et que l’on quitte avec tristesse. Si Philipp Roth et Jonathan Tropper avaient un fils, pour sûr, il aurait la verve de Saïd SAYRAFIEZADEH!"

3
Blogueur

"Ce livre est une véritable plongée dans le monde de l'opposition au modèle capitalisme. Une autre face de ce pays où il ne fait pas bon vivre lorsque l'on est noir, pauvre… ou syndicaliste de gauche. Saïd Sayrafiezadeh met beaucoup d'amour, d'humour de dérision pour nous donner à lire un bon livre. Surtout ne comptez pas sur lui pour geindre sur l'enfant abandonné, délaissé sur l'autel de la lutte des classes qu'il fut."