Vous êtes ici

Les Intrus
384
Date de parution: 
14/10/2015
EAN : 
9782253191193
Editeur d'origine: 
Hachette

Les Intrus

19,00€
8,49€

Détails promotions contenus

Le fortuné Richard Walker vient de mourir et laisse derrière lui un vaste manoir rempli des vestiges de toute une vie. Son ex-femme et ses enfants sont là pour récupérer l’héritage. Mais les Walker ne sont pas seuls. Alice et Sandra, les anciennes résidentes, mortes depuis longtemps, sont liées à la demeure et s’éternisent dans ses murs. Elles observent la famille et s’expriment à travers le sifflement d’un chauffage, le grincement d’une marche ou le clignotement d’une ampoule. Lorsque le monde des esprits va se heurter à celui des humains, de terribles vérités vont refaire surface et provoquer un véritable cataclysme.

Lauren Oliver est l’auteur de la trilogie Delirium, best-seller international traduite dans plus de trente langues. Avec Les Intrus, elle signe son premier roman pour adultes.
 

 

Les derniers avis

3
Avec ce roman, Lauren Oliver s’adresse clairement à un public adulte. L’auteur aborde le thème des secrets de famille et les pressions sociales sous toutes leurs formes. Cependant, j’ai été un peu déçue par cette histoire car de mon point de vue la quatrième de couverture laissait présager autre chose. En effet, j’ai imaginé une histoire d’esprits vengeurs c’est pourquoi je ne m’attendais pas à ce que les spectres ne soient que des spectateurs, mis à part dans quelques scènes où ils interviennent. Malgré tout, même si ce n’est pas un coup de cœur, ça reste un bon roman divertissant et certains passages sont vraiment très poétiques.
3
Avec ce roman, Lauren Oliver s’adresse clairement à un public adulte. L’auteur met en scène des secrets de famille et les pressions sociales sous toutes leurs formes. Cependant, j’ai été un peu déçue par cette histoire, je pensais avoir affaire à des esprits vengeurs. C’est pourquoi je ne m’attendais pas à ce que les spectres ne soient que des spectateurs, mis à part dans quelques scènes où ils interviennent. De plus, l’intrigue traîne en longueur, il faut attendre presque 400 pages pour rentrer dans le vif du sujet. En somme, ce roman n’est pas mauvais mais ce n’est pas un coup de cœur non plus. C’est le premier livre de Lauren Oliver que je découvre (bien que j’aie déjà entendu parler de «Delirium») mais son style ne m’a pas entièrement convaincue. Pourtant, certains passages des «Intrus» sont très poétiques. En bref, je n’ai accroché qu’à certains chapitres mais si vous connaissez d’autres œuvres de cet auteur que cela ne vous empêche pas de lire celle-ci.