Vous êtes ici

Les Délices de Tokyo - Prix des Lecteurs 2017
224
Date de parution: 
03/05/2017
Langue: 
Français
EAN : 
9782253070870
Editeur d'origine: 
Albin Michel

Les Délices de Tokyo - Prix des Lecteurs 2017

6,90€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  
«  Écouter la voix des haricots  »  : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges qui accompagne les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d'embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu'elle lui a fait partager.
Magnifiquement adapté à l'écran par la cinéaste Naomi Kawase, primée à Cannes, le roman de Durian Sukegawa est une ode à la cuisine et à la vie. Poignant, poétique, sensuel  : un régal.
 
Une superbe déclaration d’amour aux sens.  Elle.

Les coups de coeur des libraires

Un roman époustouflant de générosité

A Saint Lunaire, sur la tournée du Camion qui Livre, Isabelle Bossard de la Librairie La Droguerie de Marine nous donne son coup de coeur de libraire :

"Voilà un roman époustouflant  de générosité. Quelque part dans Tokyo, Sentaro  cuisine et vend des dorayakis fameuses galettes traditionnelles à base de haricots rouges. Criblé de dettes, il n’a de cesse de vouloir les  rembourser mais n'éprouve plus aucun plaisir pour son métier, allant même jusqu'à commander la pâte déjà faite chez les chinois . De surcroît, il a tendance à  boire  beaucoup lorsqu'il se retrouve chez lui, esseulé. Triste vie.

Son existence prend alors une tournure différente  lorsque Tokue , une vieille dame de 73 ans venue de nulle part  va se présenter à lui et lui proposer son savoir-faire . 

A raison de deux jours par semaine, Tokue lui vient en aide au restaurant et va jusqu’à lui redonner la confiance qui l'avait abandonné, lui  transmettant son talent ;  une nouvelle clientèle, constituée essentiellement d’adolescents afflue, distillant autour du restaurant une énergie débordante d'optimisme.

Cependant cette mystérieuse femme aux doigts  tordus  est rattrapée par son passé. Guérie de la maladie de Hansen ,Tokue a été internée de force au sanatorium .  En effet une loi de 1953 rend obligatoire l’internement  des personnes atteintes par cette maladie et ne sera  abrogée qu’en 1996.  Un enfermement qui  va disséminer les familles.  Dans ce Japon contemporain  où discipline et pudeur  s’entremêlent, des réalités rendent ce pays très dur.

Ne croyez pas trouver là un roman emprunt de mièvrerie et de bons sentiments ; il s'en dégage au contraire, grâce à une écriture subtile qui donne un rythme calme au récit , une  grande force de vie et un optimisme tout à fait contagieux.  A  partir d'un  thème assez dur , Durian Sukegawa signe un magnifique roman sensuel , épistolaire  et dégageant une douce  poésie ."

Coups de cœur libraire (Cultura Plan de campagne)

"Retrouvez toute la poésie du Japon dans ce roman doux et croquant comme les patisseries dont il est question. Vous allez fondre !" - Aurélie

Le coup de cœur de Gérard Collard sur France 5

"Ça a été une grosse découverte ! (...) C'est un petit bijou, pour pas cher vous avez une merveille." - Gérard Collard

Les derniers avis

3
Le cerisier fleurit majestueusement, puis il verdit sous ses feuilles foisonnantes. Celles-ci tombent, balayées par les vents et les branches nues du cerisier tremblent sous les bourrasques hivernales. Avec cet arbre changeant au gré des saisons et qui nous est donné comme un fil conducteur, Sentarô confectionne des pâtisseries japonaises, les dorayaki. Non sans réticence, Sentarô embauche une vieille femme, Tokue, aux doigts difformes mais qui excellent dans la confection de la pâte de haricots nécessaire pour farcir les dorayaki. Tokue tente avec beaucoup de douceur de faire comprendre à Sentarô l'importance de mettre du coeur à l'ouvrage dans sa confection des pâtisseries. Les petits dialogues qui s'instaurent au début entre ces deux êtres sont très pauvres et débordent de silences, de crainte de trop en dire. Et puis, ils se dévoilent avec beaucoup d'émotions. L'exclusion, le regard des autres, le mal-être sont abordés avec beaucoup de retenu. C'est beau, tendre, plein de douceur et d'émotions.
3
Ce livre est comme les dorayaki que confectionne son personnage principal…il débute relativement sans qu'on identifie la saveur finale mais au fur et à mesure des pages, les gâteaux comme le livre prennent en densité, en subtilité et en douceur. Sentaro est un homme à la dérive qui subit sa vie plus qu’il ne la vit. Jour après jour il réalise des petits gâteaux japonais, les dorayaki, sorte de pancakes fourrés à la pâte de haricots rouges. Mais celle-ci justement il ne la prépare pas, se contentant de l’acheter toute faite. Quand un jour Tokue, une femme âgée vient lui proposer de la réaliser maison pour un prix si dérisoire qu’il accepte de l’embaucher un peu à son corps défendant. Cette femme qui cache un secret que je ne peux pas vous révéler va lui apprendre la recette de cette pâte de haricots rouges qui redonnera aux dorayaki une saveur incomparable et le succès à son échoppe. Mais plus subtilement c’est la recette du bonheur et du gout pour la vie qu’elle va transmettre à Sentaro ainsi qu’à certains de ses clients. La vie & l’envie qui avaient désertés le quotidien de Sentaro vont petit à petit lui revenir et le sortir de sa solitude & de sa résignation. Ce roman est un petit bijou de poésie, un petit bonbon de douceur que j’ai lu en une petite matinée au creux de ma couette. Les personnages sont très attachants et les scènes de pâtisserie m’ont mis l’eau à la bouche de bon matin. D’ailleurs la dernière page tournée je me suis aussitôt mis à mes fournées pour confectionner à mon tour une petite pâtisserie de mon cru.