Vous êtes ici

216
EAN : 
9782253158035
Editeur d'origine: 
Liana Levi

Ru

Ce livre n'est plus disponible à la vente
6,10€

Détails promotions contenus

Détails
Thème 
Collection  

Une femme voyage à travers le désordre des souvenirs : l'enfance dans sa cage d'or à Saigon, l'arrivée du communisme dans le Sud-Vietnam apeuré, la fuite dans le ventre d'un bateau au large du golfe de Siam, l'internement dans un camp de réfugiés en Malaisie, les premiers frissons dans le froid du Québec. Récit entre la guerre et la paix, Ru dit le vide et le trop-plein, l'égarement et la beauté. De ce tumulte, des incidents tragicomiques, des objets ordinaires émergent comme autant de repères d'un parcours. En évoquant un bracelet en acrylique rempli de diamants, des bols bleus cerclés d'argent, Kim Thúy restitue le Vietnam d'hier et d'aujourd'hui avec la maîtrise d'un grand écrivain.

Comme un ruisseau – un ru – qui va son chemin selon les caprices de la folie des hommes (…). Martine Laval, Télérama.

Grand Prix RTL-LIRE
2010

Les coups de coeur des libraires

L'avis de Shannons Desbiens, de la librairie Les Bouquinistes (Québec)

La réalité vietnamienne échappe à plusieurs d’entre nous, si ce n’est des quelques restaurants ici et là, qui font la joie de notre palais, ou bien des films américains sur la guerre meurtrière et sans fin du Viêt Nam. Mais qu’en est-il des acteurs principaux de ce conflit méconnu par les gens d’ici? Kim Thúy est l’une de ces boat people ayant quitté l’enfer pour venir se réfugier dans notre blanc pays. Avec de petits récits, des anecdotes et des pensées, elle nous livre peu à peu l’image d’une Québécoise aux accents vietnamiens qui a su — ou plutôt, dû — s’adapter à l’invasion communiste, survivre dans un camp de réfugiés surpeuplé, apprendre le mode de vie occidental de Granby et, finalement, s’adapter au statut de maman. Grâce à sa poésie et à son humour, ce livre est un délice à lire.

Les derniers avis

4

C'était un livre très agréable à lire et intéressant, sans tomber dans la lourdeur descriptive. Ça me rappel le ton léger d'Aki Shimazaki. C'est toujours un plaisir de découvrir d'autres pays à travers les mots de ceux qui ont connu ses lieux. Il est cependant triste de lire le récit d'une personne déracinée, car quitter le Viet Nam n'était pas un choix, mais une nécessité. Suivez les souvenirs d'une vietnamienne aujourd'hui québecoise qui nous partage ses constats, ses émotions et son cheminement.

À lire.